Distribution alimentaire pour les étudiants ?

Imprimer

Ils ne manquent pas d’air les étudiants qui fréquentent l’Uni de Genève. Les voilà, avec l’aide de l’incontournable syndicat d’extrême-gauche qu’est la Conférence Universitaire des Associations d'Etudiant.e.x.s, (CUAE), qui réclament la distribution générale et permanente de repas à Fr. 3.-

Effectivement, pendant la crise du Covid, les autorités universitaires et le monde politique genevois, comme souvent plus démagogiques que charitables et bons gestionnaires, à l’image des paniers de nourriture offerts aux plus modestes du canton durant cette période, avaient accordé aux étudiants et financé durant deux mois, des repas « à prix libre », dans les faits à Fr. 3.-

« Nous sommes toujours aussi précaires, épuisés et stressés » prétendent les étudiants qui se sont exprimés devant des médias. On reste confondu par tant de mauvaise foi et d’opportunisme.

En réalité, il n’y a pas d’étudiants à Genève qui ne seraient pas capables de se nourrir correctement. Mais bien sûr, lorsqu’ils peuvent dégager sur leur budget d’alimentation, au profit de leurs loisirs, entre Fr. 50.- et 80.- par semaine (même ceux qui sont au bénéfice d’une des centaines de bourses généreusement accordées chaque année par le canton), ils seraient décidément bien stupides de renoncer à une telle prestation. C’est bien pour cette raison qu’en deux mois nombre d’étudiants se sont rués sur les 22'380 (chiffre avancé par la CUAE) repas distribués.

N’insistons pas sur l’argumentation financière farfelue des étudiants syndicalisés qui ne connaissent même pas le coût que chacun d’entre eux représente pour le canton et la Confédération, dans une Université subventionnée à raison de plus de 800 millions de francs chaque année. Notons simplement que décidément, même ceux qui sont destinés à devenir l’élite de notre canton, ont succombé aux illusions et à la perversion de l’Etat providence.

« Cela ne coûte rien, disait François Hollande, c’est l’Etat qui paie ».

Pierre Kunz

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.