Vive les radars acoustiques !

Imprimer

Vives les radars acoustiques !

Chacun le sait, les voitures, les motos et les motocyclettes, peuvent causer des nuisances insupportables quand elles sont conduites par des imbéciles qui se saoulent au bruit qu’ils émettent. Pourtant, jusqu’à ce jour, le monde politique n’a jamais considéré que le problème méritait qu’il réfléchisse sérieusement aux moyens de mettre un terme à ces excès.

Il paraît, selon la TdG du 24 juillet, que les choses sont enfin en train de changer. A Berne, deux conseillers nationaux socialistes ont décidé d’empoigner le problème moyennant deux initiatives parlementaires. L’une d’elle est aussi simple qu’intéressante puisqu’elle elle réclame la création de bases légales pour installer des radars acoustiques permettant de mettre à l’amende les conducteurs de véhicules conduits de manières excessivement bruyante.

Comme il fallait s’y attendre, tel fonctionnaire a déjà agité le drapeau rouge au prétexte que « légalement il est impossible d’instaurer une valeur de bruit maximale comme on le fait avec la vitesse ». Et d’expliquer que la législation européenne ne nous autorise pas à interdire l’importation de certains véhicules homologués ailleurs en Europe.

Comme on pouvait s’y attendre aussi, il y ceux qui, du haut de leur grosse cylindrée, considèrent bêtement que l’ambition de lutter contre le bruit ne constitue qu’une « guéguerre contre les motards ». Il faut être Genevois et tatoué pour ramener le débat à un tel niveau.

Il ne s’agit ni d’exclure certains modèles de voitures et de deux-roues ni de discriminer les amoureux de l’asphalte mais bien de punir ceux qui se donnent un plaisir maladif à faire un vacarme du diable à toute heure du jour et de la nuit. L’objectif est la sanction de ceux qui nous cassent les oreilles, parce qu’ils ont maquillé leur véhicule ou parce qu’ils adorent en tirer le plus possible de décibels. Et à cette fin, il suffit d’installer des radars acoustiques en nombre suffisant.

Mais pas des radars qui, comme celui installé à Genève, se prétendent « pédagogiques ». Ce qu’attendent les habitants de ce pays ce sont des radars qui enregistrent les excès de décibels, photographient les contrevenants et permettent ainsi à la police de leur adresser une contravention.

Combien faudra-t-il d’années pour atteindre ce but ?

Pierre Kunz

Lien permanent 5 commentaires

Commentaires

  • "Ce qu’attendent les habitants de ce pays ce sont des radars qui enregistrent les excès de décibels, photographient les contrevenants et permettent ainsi à la police de leur adresser une contravention."

    Non, ce ne sont que vos projections de vieux aux oreilles sensibles. Mais comme ceux qui se prononcent lors des scrutins sont majoritairement de votre génération, il serait possible d'installer de tels outils de surveillance en passant par un changement législatif qui les permettrait.

    Je suis aussi vieux, et je souscrirais à une telle initiative si elle était cohérente et si elle reflétait la réalité objective de cette nuisance.
    J'observe que les engins qui dérangent restent l'exception et provoquent un dérangement passager qui ne justifierait certainement pas une telle dépense. Surtout au vu de l'état des finances.
    En revanche je suis étonné de ne pas vous lire sur la pollution lumineuse qui nous inflige une soupe permanente et qui nous empêche de contempler les étoiles et qui constitue une dépense énergétique considérable. Il serait parfaitement réaliste d'envisager de se passer d'éclairage urbain la nuit tant les boutiques font déjà cet office. La circulation serait aussi plus aisée puisque, comme sur l'autoroute, nous voyons mieux les autres avec leur éclairage autonome.
    Lorsque j'observe la carte affichée sur la façade de l'école d'ingénieurs, je soupire. Ce gaspillage est non seulement injustifiable mais il contribue à la dégénérescence de nos capacités visuelles dont les proportions vont vraisemblablement exploser avec l'imposition des leds et autres sources de lumière soi-disant éco-compatibles.

  • @Pierre Jenni Les vitrines de magasins comme éclairage public ? Pas idiot a priori, mais la plupart des vitrines s`éteignent apres minuit car les commercants ne sont pas obligés d`éclairer leur vitrine. Aussi, il n`y a pas de magasins tout partout en ville... Sur ce coup je suis plutot d`accord avec le point de vue de Pierre Kunz.

  • Bien que soutenant le trafic automobile (j'habite sur un boulevard à 4 voies en phono-absorbant, ce n'est nullement gênant), je n'aime pas le bruit. Il m'arrive de m'interroger sur la nature humaine lorsque un/e imbécile fait vrombir sa voiture ou sa moto, quelle que soit l'heure.

    En revanche, c'est relativement rare, tout de même. Ce qui ne l'est pas du tout par contre, ce sont les sirènes d'ambulance (ou autre) qui sont la première nuisance sonore de cette ville. Vous me direz que ça sauve des vies et patati et patata, mais ce que je sais c'est que ça en détruit d'autres, je sais de quoi je parle et j'ai assez entendu d'hurlements d'insultes aux fenêtres pour en témoigner.

  • Jean, je vous encourage à compter les véhicules qui roulent en milieu urbain après minuit. Vous comprendrez très vite qu'ils ne justifient nullement un tel gaspillage d'énergie. Et je parle en connaissance de cause car j'ai travaillé durant plus d'un quart de siècle en tant que chauffeur de taxi de nuit.

    L'argument est donc un peu léger. En revanche, si vous faites le calcul de la dépense énergétique que ce genre d'éclairage implique, alors là vous allez prendre peur.

    Un autre argument qui semble encore porter c'est celui de la sécurité. Il est tout aussi aberrant. L'éclairage urbain donne un faux sens de sécurité et n'empêche nullement les agressions et autres crimes qui se tiennent souvent en plein jour d'ailleurs. La pénombre dans certains quartiers est aussi au service des victimes potentielles dont les malfrats ne peuvent traduire l'expression d'anxiété pour agir. Car, expérience faite dans mon domaine professionnel, j'ai compris que le crime est souvent commis impulsivement, l'occasion faisant le laron.

  • Merci à JDC de nous rappeler le caractère plutôt exceptionnel de ces abus et les autres sources de nuisances tout aussi condamnables.

    Je viens cependant d'avoir une discussion avec un de mes neveu qui vient d'acquérir un T-Max et du coup je suis obligé de modérer mon premier commentaire.
    - T'as vu ma nouvelle acquisition ?
    - Oui, fabuleux. J'envisageais à l'époque de m'en offrir un.
    - J'ai commendé le kit.
    - Tu vas donc faire partie de ceux qui empoisonnent l'existence du plus grand nombre en faisant un raffut d'enfer. Tu vas changer les pots ?
    - Oui, obligé, ça va avec le convertisseur. Et puis tout le monde le fait.
    - As-tu essayé avec les pots d'origine ?
    - Non pas encore, mais je ne tiens pas à passer pour un nul.
    - Donc pour faire partie du troupeau tu vas emmerder le monde. Heureusement que des politiques sont là pour envisager des lois qui préviennent ce genre d'abus. Pour une fois que tu pourrais te distinguer intelligemment..
    - etc...

    Je vous épargne les détails de cette discussion. J'observe qu'un phénomène de mode, forcément momentané comme toutes ces nouveautés éphémères, auprès des jeunes adultes qui ne sont que des adolescents retardés, met en péril nos libertés avec toujours plus de régulation qui tue l'esprit des lois et les rends complètement inapplicables par le manque de moyens pour les contrôles et la mise en oeuvre.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel