Thonon-Machilly, une autoroute qui perturbe les promoteurs du CEVA (22/06/2021)

Le projet d’autoroute Thonon-Machilly donne de l’urticaire aux autorités genevoises. A raison, parce qu’il représente un handicap supplémentaire sérieux à la rentabilité des milliards investis par Genève et la Confédération dans un CEVA dont tous les analystes savent depuis son lancement qu’il fonctionnerait à perte et pour longtemps.

Un quotidien romand tire de cette affaire une demi-page dans son édition de ce jour, demi-page consacrée notamment aux déclarations de Sami Kanaan, conseiller administratif de la Ville. Celui-ci, confronté à une décision des autorités françaises qui met à mal le discours lénifiant que tiennent depuis des décennies les politiciens genevois sur le « Grand Genève », adopte une posture pitoyable.

D’abord, il prétend que le Léman Express est un « succès ». Mais il est bien incapable de donner le moindre chiffre à propos de ce prétendu succès que nombre d’observateur contestent.

Ensuite, il se lamente au sujet d’un projet qui « risque de d’inciter les usagers du Léman Express à reprendre le volant », soulignant ainsi, lors de la naissance du CEVA, l’absence de planification régionale multimodale sérieuse. Si une telle étude avait été entreprise à l’époque, on aurait compris que la construction du CEVA était prématurée et non prioritaire pour Genève. On aurait compris que le désenclavement de Thonon par la route était indispensable et constituait lui une priorité régionale.

Enfin, Sami Kanaan pleure sur les centaines de millions d’euros que les Français vont investir dans une autoroute … au lieu de construire les P+R qui étaient censés accompagner l’inauguration du Léman Express. Une exigence qui aurait dû, si la planification n’était pas demeurée aussi déficiente, être formalisée lors des accords franco-helvético-genevois avant le début des travaux.

Décidément, le tronçon d’autoroute Thonon-Machilly, constitue un révélateur enrageant des carences d’un projet ferroviaire né aux forceps, sous les efforts de l’idéologie verte et de certains milieux genevois de la construction.

Pierre Kunz

 

08:41 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook