Bizarre, la transition énergétique selon le Conseil d’Etat (03/05/2021)

En matière de transition énergétique, le Conseil d’Etat a des objectifs élevés. C’est bien. Sauf qu’il fait comme si cette transition impliquerait de consommer moins d’énergie.

Le Conseil d’Etat entend « offrir à la population genevoise un avenir durable et une meilleure qualité de vie grâce au développement de nos énergies locales, durables et propres ». A cet effet, il précise les principales orientations de son plan directeur de l’énergie : sortir du chauffage fossile, rénover massivement le par bâti, développer les réseaux thermiques et valoriser les énergies renouvelables locales. Toutes mesures qui effectivement vont aider Genève à réduire de 60 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990) et atteindre la neutralité carbone vers 2050.

Mais on se demande bien pourquoi il se fixe un autre objectif, carrément insensé celui-là, à savoir, « diviser par 3,5 la consommation d’énergie du canton à l’horizon 2050 au prétexte de la société à 2000 watts ». Un objectif insensé parce qu’on ne voit pas pourquoi la diminution de la consommation d’énergie des Genevois, donc leur confort et leur niveau de vie, devrait constituer un objectif stratégique de la lutte contre le réchauffement climatique. Surtout quand on sait que, selon les SIG, l’électricité fournie aux habitants du canton est, déjà aujourd’hui, issue de sources 100 % renouvelables.

Remplacer, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, le parc de véhicule à essence par une flotte électrifiée n’impose pas que les Genevois se privent de leur bagnole. Pas plus que, remplaçant leur chaudière à mazout par une pompe à chaleur, ils doivent réduire leur confort. Certes, les particuliers et les entreprises seraient heureux de consommer moins et de pouvoir payer moins pour cette énergie si leur facture mensuelle se trouvait amoindrie. Mais il s’agit-là de bénéfices qui n’ont rien à voir avec la transition énergétique et qui relèvent de décisions opportunistes individuelles.

Il faut le souligner, la société à 2000 W invoquée par le Conseil d’Etat, est une utopie née dans le cerveau d’intellectuels débordant d’imagination. Elle est pourtant véhiculée par certains partis politiques et est devenue l’argument préféré d’écologistes qui, oublieux du potentiel de la recherche scientifique, ne voient la lutte contre le réchauffement climatique que dans la décroissance. C’est une vision dangereusement pessimiste et absurde : depuis 10'000 ans chaque génération de l’humanité a toujours amélioré son niveau de vie grâce aux progrès techniques et à la découverte de nouvelles sources d’énergie.

Notre défi n’est pas de consommer moins d’énergie. Il consiste à trouver d’ici 2050, et de les mettre en œuvre, les technologies et les sources d’énergies renouvelables qui permettront à l’humanité d’éliminer les 51 milliards de tonnes de gaz à effet de serre que nos économies recrachent aujourd’hui. C’est absolument possible.

Pierre Kunz

 

 

 

 

 

13:02 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook