Election du 7 mars, les responsables de l'échec du PLR (07/03/2021)

Alexandre de Senarclens et ceux qui se défaussent sur lui de la sale besogne d’expliquer aux médias l’échec du PLR, persistent dans l’erreur. Le responsable de l’échec du PLR en ce dimanche électoral genevois n’est pas Pierre Maudet. Ni Cyril Aellen, dont la défaite n’est pas due à ses compétences ou à la campagne de qualité qu’il a dû mener sous le poids du fardeau que représentait le soutien d’un parti qui a joué un rôle moteur dans le développement de la crise dont ce 7 mars est l’aboutissement.

Seul en effet le PLR est responsable, lui qui n’a pas su se montrer à la hauteur des enjeux et préserver l’unité du parti. Ou plutôt, sont responsables les quelques personnalités qui, au sein de la direction du parti, dès la fin 2018, n’ont eu de cesse de se débarrasser de Pierre Maudet au lieu de se tenir en retrait dans l’attente du verdict de la justice et de maintenir ainsi l’unité du parti. Des personnalités qui, se comportant comme des cathéchumènes récitant les règles de la morale, n’ont jamais pris en compte la valeur, le bilan politique et la solidité du Conseiller d’Etat qu’ils voulaient abattre. Pas plus qu’ils n’ont pris la mesure de celui à qui ils avaient affaire.

Les urnes ont révélé ce dimanche les divisions qu’a générées l’attitude de ces personnalités : le PLR a vu en ce dimanche 40 % de son électorat le lâcher.

Souhaitons que la direction de notre parti retienne les leçons de ce résultat et qu’elle se focalisera dès demain sur l’indispensable et urgent rassemblement de ses adhérents, ne serait-ce que pour préparer les échéances de 2023. Les décisions qu’elle prendra au sujet de ses recommandations concernant le deuxième tour de l’élection partielle seront évidemment déterminantes dans ce retour à l’unité.

Pierre Kunz

20:32 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook