"Notre santé vaut plus que leurs profits"

Imprimer

C’est le slogan à la mode en ces temps de pandémie. Mais comment faut-il l’interpréter ? que signifie-t-il vraiment dans l’esprit de ceux qui le véhiculent ?

Chez ceux qui vitupèrent sur les réseaux sociaux et dans les médias que « notre santé vaut plus que leurs profits », se manifeste généralement une profonde méconnaissance des rouages de notre une société moderne, une grande incompréhension des équilibres, des solidarités profondes et des interactions imperceptibles qui mêlent les générations et les classes.

Cette méconnaissance et cette incompréhension est frappante chez certains médecins généralistes qui exigent un confinement général. Chez les syndicalistes qui réclament la fermeture de toutes les entreprises « non essentielle » et veulent empêcher les apprentis de continuer à apprendre par souci d’égalité avec les écoliers privés d’école. Même chez quelques politiciens qui, au prétexte de la protection absolue des travailleurs et des citoyens, veulent mettre un terme aux déplacements des frontaliers dont vit la Suisse.

Les activistes qui préconisent ces interdictions semblent ne pas se rendre compte qu’il est nécessaire, pendant la crise et pour en préparer la sortie, que le plus grand nombre possible de producteurs et de commerçants ne ferment pas boutique. D’abord parce qu’un homme et une femme au travail, à condition qu’ils se protègent efficacement, sont bien plus heureux que si on les confine. Ensuite parce qu’il s’agit d’éviter un effondrement de notre tissu économique et de préserver le plus d’emplois possibles, notamment ceux des classes sociales les moins favorisées.

Il y ceux aussi qui se réjouissent de la chute vertigineuse des bourses dans laquelle ils voient une sorte de « justice divine ». Ce serait le prix que le ciel ferait payer aux banquiers et aux riches. Cette Schadenfreude révèle un aveuglement consternant puisque les principales victimes de la crise boursière ne sont ni ceux-ci ni ceux-là (ils s’en remettront aisément) mais bien les petits épargnants et les caisses de pension qui risquent de voir leur fortune s’évaporer et les rentes qu’elles nous ont promises mises en péril.  

Notre santé, certes, même celle du plus faible d’entre nous. Mais en nous rappelant avec les professeur Raoult que « ce n’est pas le virus qui tue, ce sont les pathologies chroniques qui peuvent le rendre fatal ». Et pas en mettant la Suisse sous cloche au risque de casser les ressorts économiques de notre société.

Pierre Kunz

Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • 1.
    Pas de travail, pas de production. Pas de production, appauvrissement de la Suisse.
    Adieu dépense sanitaires et sociales.
    Adieu espérance de vie.
    Morts en plus.
    Il faudrait voir à ne pas tuer les uns pour tuer les autres.

    2.
    J'y pense que pensez vous de ce qui suit ?
    Les plus de 64/65 ans qui travaillent ne peuvent bénéficier du chômage partiel. C'est bête mais on les oblige à cotiser à l'AVS, sans contrepartie en matière de rente et on les empêche de cotiser à l'AC.
    Il est donc risqué de les employer puisqu'il faut les renvoyer à domicile et les payer.
    Pour une TPE c'est très dur.
    A ma connaissance deux faillites en vue : une sarl et une association

    J'ai crû qu'il fallait travailler plus longtemps ?

  • Italie : Plus de 630'000 morts par an; Corona : 7'500 morts
    Suisse : 15'190 morts cette année et à ce jour; Corona (tdg.ch) : 155 morts

    On s'en fout donc des 15'000 morts ordinaires et on s'agite auprès du Corona.

    A qui profite donc ce délire ?

    En attendant le corona c'est plus ou moins 1 % des morts de l'année. 155 c'est largement moins que ceux générés par une "petite grippe" et pas le dixième de celle de la saison 2016-2017.

  • - Tests, coûts. Suisse, prix des Tests exorbitants
    +1000Chf vs France 55Eu, Allemagne 180Eu

    - °on° nous dit pourquoi ici :
    https://www.bilan.ch/economie/coronavirus-le-prix-du-test-de-depistage-en-question

  • Anti Covid-2. proposition d'un mix de Traitements contre charge virale etc efficaces seulement si appliqués avant insuffisances respiratoires. Donc dépistage initiaux, pour soins en phases cruciales.

    En manque de dépistages,
    on attend de savoir si l'OFSP va rapidement se prononcer sur l'autorisation de ces mix hydroxychloroquine + antibios

    Pas chers ces traitements. L'Afrique entre autres, va en avoir cruellement besoin.

  • La médecine suisse s'est fixée comme objectif de prolonger à tout prix la vie humaine. 80 ans, c'est trop jeune pour mourir dans les années 2000. Aujourd'hui, mourir à 90 ans ? Un scandale ! Le but, c'est 120 ans pour tout le monde ! Cela rapporte des fortunes à nos chers médecins. Le Covid19 corrige tout ça sans état d'âme...
    Chassez la nature, elle revient au galop.

  • Et qui relève la ségrégation envers les plus de 65 ans ? Est-ce que vous vous rendez compte de l'amalgame ? 65 ans = 90, 100 ans. Pas de différence. Migros interdit aux plus de 65 ans l'accès à ses magasins. J'espère que ceux qui sont touchés par cette mesure "raciste" à la mode actuelle où l'islam est considérée comme une race se souviendront de cet affront et boycotteront la Migros aussi après la crise.
    Personnellement, j'ai 68 ans et je suis sûr d'être en meilleure santé que le 80% de la population des moins de 65...

  • Les désinfectants, les gels et autres médicaments que nous utilisons pendant cette pandémie, vont finir dans, l'air dans l'eau! On est incapable de gérer avec raison cette épidémie! Et l'humanité continue à détruire la planète!

  • On marche sur la tête... avec cette ignominieuse cabale contre le prof Didier Raoult qui a suggéré que la chloroquine pourrait être une mollécule prometteuse contre le coronavirus.

    Cet homme est même traité de chercheur "controversé" et d'imbécile par la "communauté médiatique et médicale"

    Ici, quand l'"imbécile" a été honoré par l'Académie des sciences:

    https://youtu.be/eQlKMySlJsU

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel