"Temps présent" ou le besoin de faire peur

Imprimer

"Temps présent" constitue une parfaite illustration du besoin qu’éprouvent une bonne partie des médias de faire naître puis de cultiver l’angoisse au sein de la population. Cela dans le but évident de gonfler l’audimat.

L’émission que "Temps présent" a fait défiler jeudi soir sur les écrans en témoigne. Il s’agissait pour ses animateurs d’attirer l’attention des Genevois, surtout dans certains quartiers, sur les « immenses » dangers qu’ils courent en respirant, un air « scandaleusement saturé de dioxyde de carbone et de particules fines ».

L’émission, on l’a ressenti à travers tout l’enchaînement des images et des propos diffusés, visait un but clair : démontrer la gravité d’une situation que les réalisateurs avaient a priori définie comme telle. A cette fin ils se sont ingénié à agencer et à formater, autrement dit à restreindre aux extraits les plus susceptibles de soutenir la thèse susmentionnée, les déclarations des participants. Particulièrement révélatrice, l’interview du médecin qui s’est exprimé : à entendre ses explications, très certainement largement amputées, les Genevois habitants au bord de certaines rues ont déjà un pied dans la tombe.

Le goût des animateurs pour le sensationnel et le besoin de frapper les esprits ne s’est embarrassé d’aucune nuance ni d’un minimum d’objectivité. Par exemple, on aurait dû rappeler, par souci d’équilibre, le contenu des rapports du ROPAG (Réseau d’Observation de la Pollution de l’Air à Genève). Ceux-ci montrent que la qualité de l’air s’améliore continuellement à Genève. Pour les poussières fines les limites légales sont respectées depuis plusieurs années. S’agissant du dioxyde d’azote, les taux baissent régulièrement et ne restent que légèrement au-dessus des valeurs limites fédérales. Enfin, les concentrations excessives d’ozone sont rares, limitées aux journées caniculaires, et ne concernent quasiment pas les milieux urbains.

Il est vrai que le directeur de ce service, interrogé, aurait dû insister lui-même sur les constats de ses collaborateurs. Il ne l’a pas fait mais allez savoir si ses propos n’ont pas été supprimés.

Quoi qu'il en soit, ce fut une émission indigne d'un journalisme de qualité.

Pierre Kunz

 

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Avec cette panique obsessionnelle autour du climat, on cherche surtout à détourner l'attention des braves gens d'autres problèmes et d'autres menaces plus insidieuses..... Le but est de permettre aux Verts d'arriver au pouvoir et la stratégie commence déjà à porter ses fruits.

    A partir de là, la question est de savoir si nous voulons vraiment vivre dans un régime "Vert", le vert étant aussi la couleur d'une certaine idéologie.....

  • La question est : vous nous dites que l'air est irrespirable à Genève. Très bien. Et alors que proposez-vous ? Interdiction de tout trafic dans le centre ? Et que vont en penser les gens qui ont encore, que je sache, le droit de vote ?
    En d'autres termes : vous, gens des médias, favorisez de toutes les manières possible les extrémistes du climat. Pensez-vous que nous, citoyens suisses, sommes prêts à vivre sous la dictature de ces gamins imbéciles et immatures ?

  • Les déclarations de Fernand Cuche, en ce moment sur la 1, d'une malhonnêteté intellectuelle sans précédent en Suisse, depuis les années trente...
    Purement idéologiques, totalement mensongères...
    La coopération a exploité l'Afrique...
    La revue "Un seul monde", l'organe de la DDC (Direction pour le développement et la coopération suisse)de mars 2008 dans l'éditorial "Périscope" indiquait:
    "Entre 1990 et 2005, les guerres ont coûté à l'Afrique l'équivalent de quelque 353 milliards de francs. Ce montant comprend les coûts directs des conflits (...)
    Il correspond à peu près au volume de l'aide internationale attribuée au continent noir durant cette même période."

  • Il ne faut pas exagérer, tout est relatif : comparé à celui de Pékin, l'air de Genève est d'une qualité alpestre. Pour ce qui concerne les médias, vous pouvez recevoir plus de 240 chaînes TV si le coeur vous en dit: pourquoi rester bloqué sur Sottens depuis 60 ans ?

  • Federer avait atteint le statut des grands Suisses admirés comme le furent autrefois les Pestlozzi et les Dunant.
    Tous les autres joueurs de tennis avant essayé, en vain, d'atteindre sa perfection et voilà que Greta veut lui interdire de se soigner entre les matches et l'obliger à voyager en classe économique (du moins quand il ne peut pas rejoindre le lieu e son prochain tournoi à pied, à vélo, en train ou à la nage.
    Pourvu qu'il ne se laisse pas avoir par le cirque médiatique et bien-pensant.

  • L'émotionnel prend le pouvoir avec avec l'appui des médias. On voit ça et là des manifestations portant tour à tour atteinte aux libertés fondamentales. Une occupation d'entreprise ici la dégradation d'une autre là et les médias qui encouragent. Même les juges justifient le terrorisme écocentrique. Attention à force de ne plus respecter nos lois c'est la démocratie qui risque de disparaître au profit de la contestocratie qui ne repose sur aucune loi. Gens de médias prenez garde à force d'allumer des feux c'est vous qui allez brûler sur le bûcher de la crédibilité.

  • Le dernier Imédias, émission hebdomadaire à ne jamais manquer car elle analyse tous les mensonges journalistiques vient de sortir, Cette dernière mouture concerne le blasphème à sens unique:

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=5An9NUDSR_M&feature=emb_logo

  • Ailleurs dans le monde, les gens se préoccupent le plus de ne pas se retrouver sur le chemin d’un « fou de dieu » et de retrouver leur famille bien plus que du climat!
    Les manipulateurs feraient mieux de na pas mêler les jeunes à leurs magouilles et de les laisser vivre leur jeunesse!

  • « dans certains quartiers »

    Ah! Sans doute du côté de la rue de Berne, confusion avec une autre pollution que celle de la qualité de l’air ...... qui ne les empêche sûrement pas de s’y « promener »

  • Mieux vaut faire confiance aux écologues qu'aux écolos. Par contre l'islamisation ne les concernent pas, ou alors ils en parlent comme "l'islam politique" ce qui est faux. Cela dit, les glaciers fondent autant que les pôles. Les écolos ne sont pas propriétaires de la nature, ni de l'air que nous respirons.

  • « Le dernier Imédias, émission hebdomadaire à ne jamais manquer car elle analyse tous les mensonges journalistiques »

    j'aime bien la conclusion :

    « ... ça montre bien que le pouvoir est entre les mains des minorités (culturelles, religieuses, sexuelles, etc.) »

    ... c'est vrai que ceux qui ont le pouvoir de l'argent, ou grâce à l'argent, sont très très minoritaires...

  • Pierre Noël, les écologistes devraient aller vivre au Canada, dans la ville où il est tombé plus de 75 cm de neige! C’est l’Atlantide du Canada..... LOL

Les commentaires sont fermés.