Djihadistes : cynisme ou « trouille » chez les Européens ?

Imprimer

Le refus affiché par les pays européens de prendre en charge « leurs » djihadistes, hommes et femmes, actuellement détenus en Irak et en Syrie est significatif de la déliquescence des institutions européennes et de l’affaissement moral des élites politiques, molles et sans ressort, du Vieux continent. Le Drian, ministre français des affaires étrangère, incarne parfaitement la faiblesse profonde qui gangrène des pays qui furent jadis puissants et orgueilleux.

Le recours à ces termes n’est malheureusement pas excessif. C’est en effet certainement la première fois dans l’histoire des pays européens que ces derniers, animés uniquement par la peur et minés par le déni des exigences morales d’une civilisation née des Lumières, refusent de juger des criminels détenteurs d’un passeport européen.

Ces djihadistes ont été dépeints, et ils se sont comportés eux-mêmes, comme des êtres brutaux et malfaisants. Certes, mais est-il justifiable pour autant que le monde politique rejette sa responsabilité de les faire juger ici, en Europe ? En agissant ainsi, il donne le sentiment que les forces de police sont incapables de les empêcher désormais de nuire et les services sociaux de les aider à se réinsérer dans nos sociétés.

Cette attitude du monde politique est lamentable. Elle viole le droit. Elle n’est pas fondée sur la raison mais sur la pusillanimité, la lâcheté. Elle a beau jeu d’interpréter les angoisses que, par leurs discours désastreux (la France est en guerre, clamait Hollande !) et leurs attitudes inconsistantes, les politiciens ont fait naître au sein de la population, avec l’aide des médias et des mouvances populistes.

Car la crainte des djihadistes comme celle des menaces pour l’Europe de l’Etat islamique ont toujours été et restent totalement exagérées. Le Califat et ses terroristes n’ont jamais songé à mettre en péril les sociétés occidentales et ils n’ont jamais été en mesure de frapper plus que quelques citoyens occidentaux malchanceux. Les risques de « déstabilisation » n’ont jamais dépassé le seuil d’un fantasme que la presse écrite, radiophoniques et télévisuelle s’est ingéniée à cultiver.

Voilà les réalités qu’il aurait fallu et qu’il faudrait expliquer aux peuples européens afin de les mobiliser en faveur du respect du droit et du bon fonctionnement de nos institutions. De les mobiliser aussi pour initier une saine réaction au défaitisme qu’on nous impose. Mais les chefs d’Etats européennes et leurs ministres, témoignant de l’écroulement des valeurs du Vieux-continent, ne songent qu’à se débarrasser d’un problème encombrant en prétendant faire juger ces criminels au Moyen-Orient, au prétexte que c’est là-bas qu’ils ont commis leurs méfaits.

Pourtant, ces criminels n’ont-ils pas, en tout premier lieu, trahi leur pays d’origine ? Et dans ce cas n’est-il pas normal que, comme des voyous à col blancs et des meurtriers de droit commun réfugiés à l’étranger, ils soient extradés ?

Les Américains l’ont bien compris, qui respectent leur constitution et leurs devoirs. Ils s’occupent, eux, de « leurs » terroristes, quitte à les traiter avec une rigueur particulière, celle de Guantanamo, rigueur que les Européens n’ont cessé de condamner au nom des droits de l’Homme. Mais voilà une critique qu’ils s’empressent d’oublier quand ils préfèrent laisser les terroristes croupir dans des conditions épouvantables aux mains de gardiens dont chacun sait qu’ils se fichent éperdument des droits de l’Homme.

 Pierre Kunz

Lien permanent 13 commentaires

Commentaires

  • Je vous félicite d'avoir commenté avec courage un problème que la plupart de nous et de nos gouvernements auraient préféré balayer sous le tapis.

  • Les dirigeants européens sont des gros eunuques qui préfèrent lécher les babouches d'Erdogan plutôt que prendre leurs responsabilités. Incapables de mettre en place des structures propres à mettre hors d'état de nuire les djihadistes de l'intérieur comme de l'extérieur, ils se contorsionnent invoquant des raisons juridiques. En Frances des gens se promènent voilés jusqu'aux yeux, insultent les femmes, urinent dans les rues, prient sur la voix publique, appellent au crime au nom d'Allah et personne ne bouge. Le devoir de l'Etat c'est d'abord d'assurer la sécurité des citoyens avant de s'occuper de celle des assassins.

  • Sans (probablement) vous en rendre compte, vos raisonnements sont semblables à ceux que vous couvrez de vos reproches. Laisser les jihadistes en Irak ou en Syrie viole le droit, dites-vous. Mais eux, ces djihadistes, ont-ils ou elles un quelconque respect du droit?

    Quant à vos propos sur les Etats-Unis, ils sont parfaitement délirants. Les terristes, réels ou présumés, n'ont jamais été traîtés en conformité avec la constitution, bien au contraire. Car cette dernière donne droit aux accusés à la défense. Certains des prisonniers de Guantanamo n'en n'ont eu aucune et croupisse depuis 2001 ou 2002 dans ce centre de détention.

    Mais avant tout, il s'agit d'assumer ses responsabilités. S'ils violent le droit de leurs pays d'origines, ces terroristes ont-ils encore droit à une quelconque protection, et leurs pays d'origines doivent-ils impérativement les rapatrier? Je pense que non.

  • "Cette attitude du monde politique est lamentable. Elle viole le droit. Elle n’est pas fondée sur la raison mais sur la pusillanimité, la lâcheté."

    Heureuse de trouver mon double! C'est ce que je dénonce depuis un grand moment: Lâcheté et Trouille! Ce que je lis tous les jours me fait dresser les cheveux ...qui sont longs! Des trouillards nous gouvernent, de peur d'une troisième guerre mondiale - qu'ils nous brandissent comme une épée de Damoclès au dessus de nos têtes, ils détournent la tête des exactions commises sur les gens: Vols chez les personnes âgées, violes des enfants, hommes, femmes de tous âges, tabassages, etc : Je commence par la Suisse:

    - Vevey : «Une agression à la «Orange mécanique»

    Provocations, crachats, mais plus encore une pluie de coups, à l'aide d'une bouteille, des poings et des pieds. Un dernier à l'arrière du crâne projette le jeune homme sur la rampe d'accès au quai. Sa mâchoire heurte la main courante. Il s'effondre. [...]

    Arrêtés et relâchés

    Les malfrats sont vite identifiés par les agents intervenus sur place, a appris le couple. Mais presque aussi vite relâchés. «Ils sont ce soir (ndlr, jeudi soir) en liberté et ont tenté d'agresser, toujours en bande, un de nos amis en gare de Vevey pour lui voler son blouson», écrit encore Benoît . «Une autre de nos amies a aussi porté plainte pour un autre cas, mais la plupart disent renoncer, par peur des représailles, d'en dire trop en cours d'audience», regrette Anne-Sophie.

    [...]24Heures - L’agression détaillée par la victime: À lire impérativement!

    https://lesobservateurs.ch/2019/11/16/yverdon-une-agression-a-la-orange-mecanique/

    Suède. Statistiques: 92% des viols graves sont le fait d'Extra-Européens - Les Observateurs

    Parlement européen : pas même une minute de silence à la mémoire des victimes du Bataclan :

    GilbertCollard:
    Le Président du Parlement européen, M. Sassoli, a refusé de faire 1 minute de silence à la mémoire des victimes du #Bataclan : cette minute de silence refusée fera beaucoup de bruit, au moins dans sa conscience. Je suis indigné.
    #Attentat #13Novembre2015

    - Les fiancés de Daech, qui voulaient célébrer leur mariage en faisant exploser la tour Eiffel, renvoyés devant la cou....

    En garde à vue, Sara Z. assume leur projet criminel : « [Thomas] devait tuer des gens sur Paris. J’avoue que j’étais fière de ce qu’il allait faire, à savoir exploser la tour Eiffel. Je voulais être la veuve de cet homme qui allait entrer dans l’histoire […] Je savais que j’allais me marier à un tueur ».

    […]Mis en examen, le couple et son tuteur risquent 30 ans de réclusion criminelle. Thomas et Malik sont depuis écroués à Lille (Nord) et Valence (Drôme).

    […] Quant à Sara, elle a d’abord été placée en centre éducatif fermé à Laon (Aisne) avant de bénéficier d’une liberté surveillée préjudicielle.

    Demain sera un autre jour !

  • @Albeerto Castro
    En lisant votre intervention j'ai eu l'impression qu'elle est en partie motivée par un malentendu. Je n'ai pas compris le texte de Pierre Kunz comme un appel à se montrer clément vis-à-vis des djihadistes, mais comme un reproche à nos gouvernants de ne pas oser, vouloir ou être capables de mette en oeuvre les principes qu'ils prétendent défendre, notamment en appliquant les fameux Droits de l'Homme.
    Je le rejoins sur ce point, tout en regrettant comme vous, et probablement la grande majorité des Européens, que tous ces ennemis de nos pays et cultures n'aient pas payés de leur vie au combat la trahison de leurs concitoyens. Comme le relève un autre intervenant, les Américains se sont menus d'un outil juridique, le Patriot Act, qui a "créé les statuts de combattant ennemi et combattant illégal, qui permettent au gouvernement des États-Unis de détenir sans limite et sans inculpation toute personne soupçonnée de projet terroriste."
    Cela en plus du fait qu'ils puissent encore compter sur la peine de mort (dans certains Etats du moins) et le subterfuge de Guantanamo pou rendre une justice sévère et expéditive dont nous nous sommes privés (je ne fais pas de distinction entre "nous" et nos gouvernements", puisque nous sommes en démocratie).
    Que ce soit à tort ou a raison est presque un autre débat, le fait étant que c'est une des raison pour lesquelles nous n'avons pas envie de récupérer ces "concitoyens" qui nous ont trahis: nous ne savons pas qu'en faire, puisque les condamner à perpétué n'est pratiquement pas possible et qu'en prison ils constituent encore un danger, puisqu'ils y font du prosélytisme. Je rappelle, pour mémoire, qu'en France du moins, la déchéance de nationalité a été rejetée par le Parlement et qu'aucune de nos gouvernements a décidé ce déclarer la guerre à Daesh, ce qui aurait permis de soumettre ces gens à la loi militaire.
    P.S. Le sujet mériterait évidemment d'être traité plus à fond, mais vous m'avez donné l'occasion de compléter quelque peu ma prière intervention sur le sujet.

  • Si les djihadistes arrêtés en Syrie revienennent pour être jugés en Europe, ils seront condamnés à des peines mineures, trois jours amende à deux francs six sous, parce qu'il sera impossible de prouver quoi que ce soit contre eux. Tout le monde sait ça et c'est pour cela qu'il faut absolument refuser leur retour. De plus, ce sont des Européens de papier, mais de vrais Maghrébins, Turcs, Afghans, etc, etc... (et Bosniaques, pour les Suisses. Et kosovars aussi, sûrement.)

  • Quand un étranger commet un crime en Suisse, il est jugé en Suisse et pas dans son pays d'origine. Quand un Suisse commet un crime en France, il est jugé en France (à moins qu'il ait pu s'échapper et franchir la frontière) et pas en Suisse.

    Pour les criminels qui ont commis des crimes en Syrie et en Irak ne devraient-ils pas être jugés en Syrie et en Irak. La raison m'échappe. Il y a un principe de la territorialité des lois.

    Maintenant je peux comprendre que certains dirigeants français aient la "trouille". Car ces criminels d'al nosra (= al qaida) et de daech ont fait du "bon boulot" au nom en particulier de la France et de ses alliés. En cas de procès, ils pourraient déballer de qui ils recevaient armes, argent et conseils de services spéciaux. Et apparaître come complices de criminels dans un tribunal, je suppose qu'ils veulent éviter...

    Et s'ils restent muets sur ces soutiens, c'est sans doute qu'un marché aura été conclu avec des peines ultra-légères.

  • Correction:
    "ma première intervention sur le sujet"
    Sacré (sic) correcteur d'orthographie, qui n'en fait qu'à sa tête de temps en temps.

  • Nos pays sont aujourd'hui totalement incapables de gérer la délinquance et l'insécurité, et vous pensez qu'il est indispensable de rajouter ce problème??? Ces personnes ont fait un choix, elle doivent en supporter toutes les contraintes! Comment peut on savoir ce qu'elle sont fait en Syrie, si elles ont commis des actes de barbarie, elles doivent être jugées dans ce pays pas en Suisse!

  • D'accord avec Daniel et d'autres, mais que faire si les gouvernements directement concernés, comme la Turquie ou la Série (ou les Kurdes, qui ont suffisamment de problèmes sans ces prisonniers) se défilent ou se disent incapables de gérer le problème eux-mêmes et décident de les renvoyer.
    Une fois de plus, malgré tout ce que l'on peut leur reprocher, il semble bien que seuls les Américains se sont dotés de lois qui leur permettent de traiter ces criminels comme il convient.

  • Mère-Grand: "... et décident de les renvoyer."

    Interdiction d'entrer! Blocage à tous azimuts: Mer, Aéroports, gares! À moins de passer sur des tapis volants......

    Manifestations monstres en cas d'autorisation de nos fossoyeurs...... avec des demandes de leur démission.
    Il n'y a pas de lois démocratiques pour des tueurs de sang-froid!

    Les enfants?
    Children deserve to be children. #WorldChildrensDay

  • Je suis en train de lire le livre de Maxime Chaix, "La guerre de l'ombre en Syrie", qui a l'air bien argumenté et étayé. A Chaque page, l'auteur renvoie à des sources sérieuses. On s'aperçoit d'entrée de page qu'il ne faut pas perdre de vue que la coalition occidentale a armé et soutenu ces groupes pour éliminer Bachar Al Assad. Qu'à chaque fois que ces djihadistes ont failli être fait prisonniers, la coalition occidentale a négocié leur sortie. Il ne reste plus qu'Idleb...
    Ce sont donc des terroristes mais savent qu'ils sont soutenus par ceux-là même qui sont censés les combattre. Laurent Fabius est certainement l'homme politique le plus stupide de la planète, tous temps confondus, parce qu'il a lourdement vendu la mèche : "Al Nosra fait du bon travail". Al Nosra et AQPA (Al Qaeda péninsule arabique), c'est la même chose. AQPA, c'est l'organisation qui a fait le Bataclan et les terrasses à Paris. Fabius trouve que c'est du bon boulot...
    Vous avez dit nid de vipères ?

  • @Patoucha
    L'idée est claire, mais je ne vois pas le début d'une possibilité de réalisation.

Les commentaires sont fermés.