Ce que veut vraiment la gauche « progressiste et égalitariste »

Imprimer

Depuis le milieu du siècle dernier, surtout à partir des années 1990, les démocraties européennes ont été soumises à une pression colossale exercée par les promoteurs d’un projet soi-disant « progressiste, universaliste et émancipateur ». Soutenu par la gauche politique, une bonne partie des intellectuels et une vaste majorité des médias, ce projet qui va selon eux « dans le sens évident et inarrêtable de l’histoire » et découle des droits de l’homme, a des finalités clairement exprimées.

  • Au plan politique : dissolution des nations, suppression des frontières, accueil des migrants, passage au multiculturalisme, émancipation des minorités, repentance à l’égard des pays anciennement colonisés.
  • Au plan social : imposition de nouveaux codes du langage, redéfinition des codes de respectabilité, déconstruction des appartenances traditionnelles, reconnaissance des catégories sociales et identitaires.
  • Au plan individuel et familial : déconstruction de l’identité sexuelle au profit de l’acronyme LGBTQI+, indifférenciation des sexes, désincarnation du père et de la mère transformés en parents interchangeables 1 et 2, promotion de la PMA et de la GPA.

Les médias produisent rarement de l’information. Ils se contentent d’en proposer une lecture et une hiérarchisation orientée à partir d’une vision du monde qui est celle du régime progressiste. Ils exercent donc une manière de censure du réel et favorisent la naissance de l’arme la plus efficace et sournoise à disposition du projet progressiste, à savoir « le politiquement correct ». (*) Il s’agit d’un dispositif inhibiteur ayant pour vocation d’étouffer, de refouler ou de diaboliser les critiques du système progressiste. Il permet plus généralement d’exclure de l’espace public tous ceux qui transgresseraient les limites des attitudes et du langage admis et qui continueraient à défendre ce que les universalistes qualifient de « résidu d’un monde ancien appelé à disparaître ».

On comprend qu’il est de mauvais ton de mettre en question la prétention du projet progressiste d’incarner l’avenir de l’humanité, au nom de la lutte contre l’intolérance, de la logique de l’émancipation, des droits de l’homme et des nombreuses conventions internationales. Le régime universaliste juge donc sévèrement le populisme dont il a fait un ennemi commode. Il faut dire que, eu égard à la mollesse de la droite conservatrice traditionnelle, le populisme sous ses diverses formes à longtemps constitué le seul opposant sérieux à la logique universaliste de la modernité.

Pourtant, face à la dérive progressiste, face aussi à un populisme trop souvent démagogique, les conservateurs, autrement dit la droite qui ose s’afficher comme telle, a entrepris de son côté de remettre en question et de contester de plus en plus fortement l’emprise qu’exerce la soi-disant « marche de l’histoire et du progrès » sur la vie des collectivités. Cette utopie qui maltraite l’âme des peuples, qui vise à sectionner le lien de l’homme avec sa Cité, sa culture, ses structures sociales, ses croyances, son histoire, et qui met en péril la démocratie occidentale.

La réaction de la droite conservatrice s’est trop longtemps fait attendre. Le chemin à parcourir en sera d’autant plus ardu.

Ne croyons pas que « l’évidence progressiste », les dangers qu’elle porte et les aberrations qui en sont les conséquences épargnent Genève. C’est notamment vrai s’agissant des privilèges démesurés et inutilement coûteux qui sont accordés à de petites minorités. Certains sont anecdotiques mais tellement édifiants. C’est ainsi que récemment, au prétexte de l’article 16 de la constitution genevoise, notre Grand Conseil, au nom des droits des personnes handicapées, a décidé d’offrir aux malentendants du canton … la diffusion de ses débats dans la langue des signes !

On le sait, les citoyens ne sont guère intéressés par ces débats. Parmi eux, les malentendants sont-ils 10, 20 ou 30 ?

Pierre Kunz

 (*) cf. Mathieu Bock-Côté, L’empire du politiquement correct, édition du cerf, 2019

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • « Les médias produisent rarement de l’information. Ils se contentent d’en proposer une lecture et une hiérarchisation orientée à partir d’une vision du monde qui est celle du régime progressiste.»

    En France, il est à craindre qu'Eric Zemmour ait été condamné par des juges radicalisés. En effet, comme on vient d'en avoir la démonstration..., puisque le vers est dans le fruit à la police nationale, il se pourrait qu'il le soit aussi à la magistrature... voire au gouvernement... observez le ministre de l'intérieur et le premier ministre... leurs barbes islamiquement correctes, moi, ça m'interpelle !!!

    En tous les cas, ce qui doit être insupportable pour les "vrais" Français, c'est quand ils croisent deux policiers barbus, ils ne savent plus s'ils vont se faire trancher la gorge ou flashballer.

  • Monsieur Kunz, êtes-vous vraiment sérieux? Vous parlez "des privilèges démesurés et inutilement coûteux qui sont accordés à de petites minorités. Certains sont anecdotiques mais tellement édifiants.(...). Parmi eux, les malentendants sont-ils 10, 20 ou 30 ?" Vous oubliez juste d'ajoutez quelques zéros à vos trois chiffres que vous jetez à la vindicte! Ne prenons que les données de l'OMS en 2018... 5% de la population (moyenne mondiale), plus nombreux dans les pays pauvres et à revenu moyen... alors disons 3%? cela fait tout de même 15'000 personnes dans notre canton! Mais la réalité est autre, pour l'OMS, 70 millions de personnes dans le monde sont sourdes! et en Suisse, 10'000 sont sourdes et 1 million malentendantes! selon la Fédération Suisse des sourds dans son communiqué du 23 septembre 2019! Quantité négligeable? "Privilège" de ne pouvoir comprendre la majorité de la population qui parle des langues étrangères... car la langue des signes est bien une langue au même titre que le français, l'allemand, l'italien, l'anglais et toutes les autres.
    Et puis 2 autre faits connus, toujours selon l'OMS (2018): 1 personnes de plus de 65 ans sur 3 vit avec une déficience auditive; ...et cet autre fait connu, l'augmentation des personnes malentendantes dans les années à venir! comme le rappelle l'OMS "On estime que 1,1 milliard de personnes (âgées de 12 à 35 ans) courent le risque de développer une déficience auditive due à l’exposition au bruit dans le cadre des loisirs, concerts ou événements sportifs par exemple, ou à l’utilisation d’appareils personnels pour écouter de la musique. L’exposition régulière à des sons de forte intensité pendant une durée prolongée entraîne une menace sérieuse de déficience auditive irréversible, ce qu’on peut éviter en grande partie en sensibilisant au risque, au moyen de la législation et en appliquant des pratiques d’écoute sans danger."

  • La gauche qui a été au pouvoir pendant près de 100 ans en Russie, dans le bloc de l'Est et en Chine, n'a jamais montré de volonté progressiste ou égalitariste, tout ça c'est du flan! Par paraisse et pour me simplifier la vie je n'écoute que "france culture", où il n'y a pas de pub, et où parfois on apprend quelque chose! Mais l'ensemble des émissions est sous contrôle de la "nomenklatura" erner/treiner! Michel Onfrey en a fait les frais récemment! Et on ose vous parler d'esprit d'ouverture!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel