Médias : fin de l'info noire ?

Imprimer

Une excellente chroniqueuse du quotidien Le Temps disait en ce samedi combien ce qu’elle appelle « l’info noire » fatigue, cette information sensationnaliste, macabre, orientée vers les scandales, les tragédies et le futur dramatique qui nous attend. Et elle poursuivait, dans un optimisme plaisant, en nous annonçant le retour d’un « journalisme positif », celui qui, confronté à la collapsologie ambiante, insiste sur les bonnes nouvelles, celui qui recherche le pourquoi des choses et cultive l’enquête sérieuse et la mise en exergue des solutions.

Sans sombrer dans le pessimisme, on doit accueillir avec prudence l’évolution qui nous est promise. Les progrès qui restent à accomplir en la matière par la très vaste majorité des médias demeurent en effet considérables. Et on ne peut s’empêcher d’illustrer le propos en mettant en exergue la légèreté stupéfiante avec laquelle les journalistes presque unanimement, depuis une vingtaine d’années, encensent les politiciens qui distillent les discours humanitaristes, égalitaristes et internationalistes et maltraitent ceux qui s’écartent de la « bien-pensance » qui paraît constituer la colonne vertébrale des rédactions.

Qu’on se rappelle, s’agissant des premiers, toutes les grands-messes que la presse européenne écrite et télévisuelle a multipliées à propos de l’action de Barack Obama et se ses ambitions sociales et pacifistes sans jamais dresser le bilan d’une minceur pourtant confondante des huit années de sa présidence.

Qu’on se souvienne, dans le camp opposé, de tous les adjectifs dégradants utilisés par les journalistes pour qualifier l’arrivée au pouvoir de son successeur, Trump, un président qui manie une manière de communiquer bizarre et inconnue dans la sphère diplomatique et qui prend des initiatives politiques iconoclastes pour porter ce qu’il considère être les intérêts de son pays. Qui parmi ces journalistes, depuis 2018, s’est donné la peine de rechercher et d’expliquer de manière cohérente les fondements de sa politique ? Ils se sont contentés de le traiter de populiste dangereux qui n’a en point de mire que sa réélection, quitte à mettre la planète à feu et à sang.

Et, plus près de nous, voilà que nos médias se lancent dans le même exercice avec Boris Johnson, dont le « crime », selon eux, est d’avoir soutenu le Brexit lors de la campagne qui y a conduit. Voilà qui suffit à le discréditer, autorise nos gazettes à le taxer des adjectifs les plus vils et dispense celles-ci de jauger ses déclarations et ses initiatives récentes à l’aune de la rationalité. Après son accession à la tête du gouvernement britannique personne ne semble vouloir admettre qu’il se trouve désormais dans une situation idéale pour mener la Grande Bretagne hors de l’Union Européenne à un coût raisonnable. Ne comprend-on pas qu’après les efforts, sans doute sincères de Theresa May mais insuffisants pour convaincre les Communes de rompre en bon ordre et de manière négociée avec Bruxelles, son discours ferme, son « chantage à la sortie sans accord » est celui qu’il faut absolument tenir afin d’obtenir un accord entre L’union Européenne et Londres ?

Des médias qui dispenseraient de bonnes nouvelles, pas seulement les mauvaises ? Ce serait bien. Mais des médias qui précéderaient la publication de nouvelles, bonnes ou mauvaises, d’un travail de tri et d’analyse approfondi et sérieux, voilà qui serait encore mieux.

 

Pierre Kunz, juillet 2019

 

 

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • ...Mais des médias....... voilà qui serait encore mieux. »

    Faut pas rêver.... ce serait faire travailler leurs méninges or, ils sont pour « les nouvelles passent et se ressemblent » Personnellement je ne leur accorde plus du crédit!

    Bon dimanche

  • Excellent article qui dénonce ce qui devrait nous inciter à ne plus lire des articles qui infantilisent les lecteurs
    Sans compter les articles anxiogènes de quoi encourager les gens à se bourrer d'anxiolytiques
    ou autres
    On s'étonne que tant de gens boivent ou fument pourrait on se poser les bonnes questions à la place de tout interdire?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel