Inégalités salariales : on vous l'avait bien dit ...

Imprimer

En Suisse, nous disait hier soir la TSR, 17 % des femmes touchent un salaire bas, contre 7,6 % des hommes. Au total 473'700 personnes sont concernées. La chaîne se référait à une étude, publiée par l’Office fédéral de la statistique et basée sur les chiffres de 2016.

Une occasion pour la TSR de donner la parole au monde syndical qui souligne que ce sont principalement les femmes, de tous âges, qui reçoivent ces bas salaires. En cause, généralement la formation professionnelle insuffisante dont elles souffrent.

Il est dommage (mais si peu surprenant si l’on songe au manque d’objectivité et à la superficialité du travail de nos médias), que la TSR, lors de la grand-messe du 14 juin dernier, n’ait jamais jugé bon de nuancer les chiffres farfelus invoqués alors par les promotrices de la grève, notamment en publiant ceux de l’OFS qui n’ont rien de nouveau. Il est regrettable que ses commentateurs, ne se soient jamais donné la peine d’approfondir les « discriminations salariales scandaleuses » dont seraient victimes les femmes dans ce pays.

Si en effet près trois fois plus de de travailleuses que de travailleurs touchent un salaire bas, comment s’étonner que la rémunération moyenne des premières reste inférieure à celle de leurs collègues masculins. Cela d'autant plus que, on l’a déjà dit ici, les femmes restent largement sous-représentées dans les fonctions élevées de l’administration publique, des banques, des assurances et des industries.

Ces lignes pour clore le sujet et mettre une dernière fois en relief la manipulation dont les citoyens de ce pays ont été victime le 14 juin dernier. Il ne règne en Suisse aucune discrimination salariale entre les hommes et les femmes et il est mensonger de prétendre, comme cela a été fait, que celles-ci, à formation et à travail égaux, gagnent 22 % de moins que ceux-là. Ce sont d’autre réalités sociales qui expliquent que, sur le marché du travail, les femmes gagnent en moyenne moins que les hommes.

Pierre Kunz

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel