Main basse sur Israël

Imprimer

Dans son dernier ouvrage (*) Jean-Pierre Filiu réalise une démonstration magistrale de la « méthode Netanyahou », celle qui a permis à ce dernier non seulement de bâtir une carrière politique extraordinaire mais aussi de changer totalement l’équilibre existant antérieurement entre d’une part les forces travaillistes et sionistes originelles, d’autre part le mouvement expansionniste des droites dures et ultra-orthodoxes.

 

L’auteur montre la pugnacité d’un homme prêt à utiliser tous les moyens, même les moins avouables, à l’intérieur du pays comme aux USA, pour réaliser ses ambitions. Des ambitions qui « rompent avec les idéaux des pères fondateurs d’Israël » dit Filiu qui peine à reconnaître que la situation militaire et démographique du pays n’a plus rien à voir avec celle qui régnait encore dans les années 1970. Il prend le parti de stigmatiser les orientations religieuses, nationalistes et annexionnistes de Netanyahou mais en néglige les fondements géostratégiques. Probablement parce que personnellement il reste attaché au « rêve sioniste » et parce qu’il choqué par les conséquences dramatiques de la politique de « Bibi » sur le peuple palestinien.

Netanyahou met son cynisme, sa foi indomptable et sa brutalité au service d’une cause suprême, « le Grand Israël ». De toute évidence, le premier ministre israélien poursuit avec obstination la politique, forgée par ses prédécesseurs Begin, Barak et Sharon, de colonisation et d’annexion des territoires conquis en 1967. Et il faut reconnaître que jamais cette politique n’a bénéficié d’un environnement national et international plus favorable et très vraisemblablement durable.

Au plan intérieur, le premier ministre israélien vient de faire adopter un amendement constitutionnel stipulant que « Israël est le foyer national du peuple juif » et précisant que « le développement des colonies juives constitue une cause nationale ». D’autre part la natalité des Juifs dépasse désormais celle des Palestiniens.

Au plan extérieur, il a convaincu le président des USA, poussé par les puissantes communautés évangéliques américaines, de se ranger clairement derrière sa ligne anti-palestinienne et anti-iranienne. Par ailleurs, jamais les pays arabes du Moyen Orient sont moins déterminés que jamais à soutenir les Palestiniens. Enfin, plus personne ne croit aux déclarations de l’Union européenne s’agissant de la solution dite des « deux Etats ».

Filiu peut certes s’en désoler mais en dernière analyse il devrait admettre que Netanyahou ne fait que tirer parti de la majorité politique qu’il a su mobiliser dans son pays et de la situation géopolitique qui lui est offerte au plan extérieur. C’est de la « Real Politik ».

Pierre Kunz

(*) Main basse sur Israël, éditions La Découverte, 2019

 

 

Lien permanent Catégories : Monde 2 commentaires

Commentaires

  • Toute politique extreme est éphémere car basée sur la manipulation de sentiments (nationalisme, haine de l`autre, peur) eux-memes éphémeres. Si une telle politique n`obtient pas rapidement des résultats spectaculaires, ce qui n`est en général possible que si la population accepte de faire des sacrifices appréciables (militaires ou économiques), les gens se lassent car ils refusent les sacrifices durables. Ecce Homo.

  • C’est de la « Real Politik » dites-vous en conclusion, mais Monsieur Kunz, c'est un peu court. Lorsque le résultat pour les palestiniens est un apartheid en Cisjordanie et une prison à ciel ouvert dans la Bande de Gaza, devant l'indifférence des puissances occidentales, on peut se poser la question de savoir si on peut opposer la "Real Politik" à l'application générale des règles de droit?
    Le peuple Palestinien est lâché par tous, pays Européens, pays arabes soumis aux EU et par les dirigeants palestiniens eux-mêmes.
    Les dirigeants israéliens n'ont jamais eu l'intention de restituer ni le Golan qu'ils viennent d'annexer ni la Cisjordanie pour en faire le foyer d'un futur Etat palestinien. Tout cela n'a été que poudre aux yeux y compris et surtout les accords d'Oslo de 1993.
    Mais peut-on pour autant fermer les yeux et ne pas dénoncer le système d'apartheid mis en place par le gouvernement de Netanyahu sous prétexte qu'il s'agit de la "Real Politik" ! Certainement pas.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel