05/02/2013

Le miracle de la caisse de pension de la police genevoise

Les medias ont largement commenté l’information selon laquelle le numéro deux de la police genevoise a décidé de se lancer en politique cantonale. Ils ont souligné un aspect anecdotique de l’affaire, c’est-à-dire le changement de « couleurs » de l’intéressé qui, délaissant le PLR, naviguera désormais sous le drapeau du MCG.

Par contre la presse genevoise n’a absolument pas éclairé la surprise qui aura marqué les citoyens-contribuables à cette occasion. Elle concerne l’âge auquel ce policier s’est trouvé en mesure de prendre sa pleine retraite : 52 ans ! Voilà un silence et une absence d’explications bien regrettables au vu de la décision que les Genevois seront amenés à prendre le 3 mars sur la recapitalisation et de la fusion des deux principales caisses de pension cantonales, la CIA et de la CEH.

Un chroniqueur intéressé par le sujet aurait pu commencer par s’interroger : « Est-il possible qu’un policier puisse prendre sa pleine retraite après un peu plus de trente années de service et de cotisations ? » En consultant le règlement de la caisse de pension de la police, il aurait appris qu’effectivemen celui-ci accorde aux assurés ce privilège remarquable.

Ce journaliste, plus curieux que ses collègues, n’aurait alors pas manqué de s’informer sur le financement d’une caisse aussi extraordinaire et se serait demandé si elle ne serait pas, comme la CIA et la CEH, en sous-couverture. Avec étonnement il aurait constaté alors que non, qu’au contraire cette institution est la seule caisse publique du canton couvrant à 100 % ses promesses de prestations.

Piqué au vif, il se serait alors interrogé sur la hauteur des cotisations mensuelles des policiers et de l’employeur, l’Etat. Il aurait découvert à sa stupéfaction qu’elles sont fixées au même niveau que celles des fonctionnaires affiliés à la CIA et à la CEH. Là aussi l’Etat contribue à un taux double de celui de l’employé.

Le chroniqueur en question aurait évidemment cherché alors à comprendre comment les gérants de la caisse de la police sont capables d’un tel miracle, à savoir garantir des prestations supérieures à celles de toutes les autres caisses de retraites publiques, les financer par des cotisations identiques et, contrairement à la CIA et la CEH, se trouver à plus de 100 % de couverture. Il est probable qu’il n’aurait pas trouvé la solution de l’énigme.

La réponse n’est en effet pas publique et elle n’apparaît pas au budget que votent les députés, en tous cas pas clairement. Par contre elle est d’une simplicité stupéfiante : chaque année, en vertu d’une convention que personne, à part quelques initiés, n’a jamais pu consulter, le Conseil d’Etat renfloue régulièrement le déficit occasionné par l’insuffisance des cotisations. Le montant de ce renflouement, dont on s’explique mal le chemin comptable mais que l’Etat effectue chaque année depuis des décennies diffère bien sûr suivant l’évolution des revenus provenant des biens de la caisse. D’aucuns croient savoir qu’il varie entre 5 et 15 millions par an. En gros cela signifie que, pour la caisse de la police, la part patronale dans le total de les cotisations est en fait de l’ordre des ¾ et celle des policiers d’un ¼.

Ce privilège est évidemment profondément injuste à l’égard des autres fonctionnaires et il constitue une vraie tromperie pour les citoyens-contribuables puisque finalement c’est grâce à leurs impôts qu’il est financé en catimini. Il n’empêche, c’est ainsi et cela semble devoir durer.

Pierre Kunz

08:11 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook

Commentaires

Donc à une injustice par rapport au reste de la population (la retraite à 52 ans), l'on en rajouterait une autre (cotisation au 3/4 en déséquilibre total par rapoort aux autres fonctionnaires)? Je sais que pour la retraite ça ne sera plus possible, Berne ayant sermoné les protagonistes. Mais se trouvera-t-il des députés pour corriger au pas de charge cela? Merci de votre éclairage en tout cas.

Écrit par : JDJ | 05/02/2013

Le même journaliste aurait pu évoquer la semaine très chargée de la police, à seulement.... 32 heures!

Retraite à 52 ans, 32 heures par semaine. La solution pour que Genève ait plus de policiers dans les rues est pourtant simple. Bizarrement, le PLR s'est empressé de dire que pour le budget 2013, les forces de l'ordre ne seraient pas concernées par les mesures d'économie. Sauf qu'une semaine à 40 heures (encore loin de l'économie privée) réduirait pas mal la facture des heures supplémentaires.

Cherchez l'erreur...

Écrit par : olivier | 05/02/2013

Tiens, tiens... On comprend mieux l'attachement de la nouvelle recrue du MCG aux privilèges de la fonction publique...

Écrit par : Intéressé | 05/02/2013

merci pour l'info.

Genève croit qu'elle est une démocratie, mais l'opacité comptable permet ici à son gouvernement de créer de véritables passes-droits pour ceux qu'elle voudrait caresser dans le sens du poil. C'est tout simplement inimaginable.

Si ce que vous dites est vrai alors nous ne sommes déjà plus dans la République. Nous sommes dans un monde de castes et de privilèges, où les puissants peuvent ditribuer une partie des deniers à leur guise. C'est tout simplement effrayant. Les policiers de ce canton devraient avoir honte.

Écrit par : quidam | 05/02/2013

Scandaleux !
Un sentiment d'injustice énorme me fait mal au ventre ! Et ne venez surtout pas me parler pénibilité du travail. Merci M. Kunz pour ces éclaircissements. Quels sont les élus responsables de cette situation ? Qu'elle est la position des partis sur cette question ? La population à le droit de savoir !

Écrit par : Galileo | 05/02/2013

@ Galileo
Dans le domaine des caisses de pension publiques le monde politique genevois a depuis 35 ans l'habitude de fermer les yeux. Il a en permanence cherché à se débarrasser de ces problèmes en les "confiant" à la génération suivante.
Et s'agissant de la caisse de pension de la police, il continuera à regarder ailleurs tant que les citoyens ne réagiront pas.
Quant aux partis politiques, ils sont probablement incapables de comprendre l'ampleur des dysfonctionnements.
En ce qui concerne la CIA et la CEH, sur la fusion et la recapitalisation desquelles nous voterons le 3 mars, ce n'est que forcées par la Confédération que nos autorités ont accepté de traiter le problème de leur déséquilibre grave. Celui-ci était pourtant reconnu depuis longtemps. Mais la solution proposée dans le le projet soumis au vote populaire est scandaleusement injuste pour le contribuable, les jeunes surtout, et les arguments du Conseil d'Etat et des députés pour le défendre sont indignes et malhonnêtes.
Voir à ce sujet mon billet d'il y a quelques jours intitulé "Cinq mensonges pour un marché de dupes".

Écrit par : Pierre Kunz | 05/02/2013

Mais le Sieur Kunz pourrait apprendre à utiliser google... en quelques minutes on constate assez vite que dans d'autres pays, ce régime est encore plus bénéfique. Au Canada on peut prendre sa retraite après 20 ans de service, moyennant une pénalité. 25 ans pour une pension normale et 35 ans pour une pension maximale...

Écrit par : Grégoire Barbey | 05/02/2013

Bonsoir,

Au moins ce système qui avantage très favorablement les fonctionnaires de la police aura le mérite d'éviter la corruption. Dans quel autre pays peut-on être certain d'être interpellé - même pour un simple contrôle de routine - avec courtoisie et politesse?

Dans de proches régions, à quelques centaines de kilomètres, c'est le tutoiement, voire la menace ou la pression sur le simple citoyen.

Pas beaucoup plus loin, c'est une police corrompue qui ne se gênera pas pour demander "un petit café" afin de laisser le quidam continuer à circuler tranquillement.

Donc au final, on paie, cher, mais on est protégé(e)s.

Non?

Écrit par : Denise | 05/02/2013

Honte à ce billet, aux commentaires et à leurs auteurs.

La cotisation spéciale de 8 millions a été supprimée il y a des années, et si la CP se porte bien c'est aussi du fait de sa très bonne gestion, un très bon parc immobilier bien entretenu qui a pris de la valeur et pas de placement boursiers à risque ce qui a bien limité les pertes durant les crash et la crise.

De plus, si la part cotisante de l'employé est certes moins élevée en %, sa durée de cotisation est plus courte aussi, donc le montant à charge de l'employé plus lourd, presque 10'000 par ans ... !!!

Pour les Ânes et la Xène fois, c'était 32 heures sur un horaire à six jours et non sept, car ce septième jour l'agent reprend son tournus et travaille entre 8 à 10 heures .. Depuis, l'annualisation est intervenue et, tout comme les APM de la Ville, il est constaté que ces agents en horaires irréguliers travaillent le même nombre d'heures que les autres fonctionnaires, voire plus, et qu'ils dont lésés dans le calcul annuel du décompte des heures vacances, tout comme les APM .. !

Avant de continuer d'écrire des âneries certains technocrates devraient se renseigner !

W.S.

Écrit par : Walter Schlechten | 05/02/2013

quand on ne sait pas de quoi on parle on se tait,,, ceci s'appelle de l'intelligence... mais je vois que ce n'est pas une qualité chez tout le monde...
la police a été annualisée et a toujours fait le même nombre d'heures, voir plus que les autres fonctionnaires.. les 32 heure sont calculées sur 6 jours et non sur sept... si vous savez compter et que l'honnêteté ne vous fait pas peur, le calcul est facile... concernant la retraite, elle n'est plus à 52 ans et concernant la Caisse de Pension, la jalousie est un mauvais défaut... cette caisse a été gérée depuis des années avec brio et les policiers paient en conséquence... Alors au lieu de critiquer a tous vents on se renseigne...

Écrit par : Jacotte | 05/02/2013

si l'on relie ces passes-droits pour les policiers avec ce que dit duval sur beer et les 94 directeurs, ici :

http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2013/02/05/augmentation-massive-de-postes-au-dip.html

Alors Genève n'est même plus une honte pour la République, elle n'est plus qu'un ramassis d'intéressés et d'arrivistes qui puent de la tête.

La prochaine fois que j'irais à l'armée, je jetterai mon fusil à la tête de mon capitaine (qui est policier au civil) et je lui dirai que ce pays il peut le défendre tout seul, ou qui peut sortir une partie de son salaire pour trouver quelqu'un d'autre. Il y en marre à la fin, plus ça va et plus on se rend compte que l'on se fait avoir de tous les côtés, même par les flics.

Écrit par : quidam | 06/02/2013

Je suis fonctionnaire (pas dans la police) et je trouve cela totalement dégueulasse. Merci pour votre article, pourvu que d'autres journalistes confirmes, reprennent les informations et que cela s'arrête.

32 ans de cotisations et hop en vacances avec un excellent revenu. Bref c'est honteux pour TOUS les autres contribuables.

Parlez également des indemnités "téléphone", "dentiste", "assurance maladie", etc ...

Écrit par : SBA | 06/02/2013

@ au sieur Barbey
Il pourrait, lui qui prétend savoir utiliser Google, nous expliquer comment au Canada ces retraites sont financées et surtout qui paie.

Écrit par : Pierre Kunz | 06/02/2013

@ Walter Schlechten
Honte à l'auteur de ce commentaire que l'on a connu mieux inspiré. Il devrait se renseigner et s'abstenir de se livrer à des calculs qui n'ont rien à voir avec le sujet.
La cause de l'équilibre miraculeux de la caisse de la police ne se trouve pas dans sa gestion qui n'est pas meilleure que celle de la CIA et la CEH. Cet équilibre est bien dû à son mode de financement très particulier.

Écrit par : Pierre Kunz | 06/02/2013

Merci Pierre pour ce papier, paradoxalement ces avantages ont des effets très négatifs sur le travail et métier policier à la police cantonale genevoise. Mes collègues s’en rendent compte, beaucoup se taisent mais souhaitent un nouveau souffle, peut-être venu avec Pierre Maudet, ils veulent reprendre du « poil de la bête », d’autres évoquent la pénibilité du travail, oubliant parfois celle des travailleuses et travailleurs des domaines agroalimentaires, des services, de la santé... Qu’il s’agissent de la caisse de pension, de la classe salariale, du remboursement intégral des frais médicaux, du paiement des primes d’assurances, paiement de l’abonnement téléphone, remboursement des heures supplémentaires, départ à la retraite, et la liste est longue, tout amène après quelques années de service à un endormissement, et ne parlons pas de la direction, nantie parmi les nantis. Il faut savoir qu’une quantité de mes collègues développe des énergies créatrices, a des idées, s’engage à fond, est fidèle à son engagement, mais est réduite au silence. Et dans ces cas tous les concernés veulent bien déposer et négocier leurs avantages contre plus d’autonomie et professionnalisme. Une fois encore, l’unique possibilité de réformer la police cantonale genevoise pour le bien des citoyens et des policiers est de figer la direction, d’imposer un collège pluridisciplinaire qui dicte de nouvelles procédures managériales, collège appuyé par le Parlement et Conseil d’Etat qui établiront de nouvelles procédures, lois et règlements...

Écrit par : Delachaux Yves Patrick | 06/02/2013

Bah en faisant 32 heures les flics font déjà bien plus que la majorité des fonctionnaires! En plus, vu la baisse constante des exigences pour devenir agent, il serait dur pour la grande majorité d'entre eux de trouver un emploi ailleurs que dans ce métier, alors un peu de tolérance, le rôle social de l'Etat doit s'appliquer...

Écrit par : QueFaire | 06/02/2013

@Walter Schlechten, vous payez 10'000 chf par année de caisse, donc les citoyens genevois paient 30'000 chf par policier, et par année !!! En plus des autres avantages... Admettons que ce soit pour la pénébilité relative du travail, que je peux concevoir, alors il faudrait équitablement amener l'ensemble des fonctionnaires à ces niveaux, et blinder les conventions de travail des autres citoyens aussi, et encore aider les indépendants. Que tout le monde s'y retrouve, non ? Yves Patrick Delachaux

Écrit par : Delachaux Yves Patrick | 06/02/2013

YPD : faux, pour un ancien flic c'est ennuyeux, l'employeur paie 2/3 et l'employé 1/3 de la cotisation, ce n'est donc pas 30'000.- mais un peu moins de 20'000.- que verse l'Etat.

PK : Allez donc vérifier la qualité du parc immobilier de la CIA. Et de la CEH, puis comparez les chiffres des avoirs après le dernier crach boursier, vous serez surpris !

Après, personne ne se demande où passent les 880 millions de subventions accordées aux HUG, ni combien coûte le parc véhicule de l'Etat, ni si les les indemnités au DIP sont encore justifiées .. Enfin, plus simple d'attaquer la police, elle est là pour obéir comme dirait un amis PLR !

Écrit par : Walter Schlechten | 06/02/2013

Les comparaisons que l'on peut faire dans les différents secteurs de la fonction publique afin de justifier les innombrables avantages dont jouissent les agents des corps de police ne tiennent pas la route.
Que cela concerne les exigences de formation, les horaires , la pénibilité et enfin la violence .
observons les condtions de travail, la rémunération par ex. des collaborateurs scientifiques, des infirmières, en psychiatrie . des éducateurs en milieu ouvert pour se convaincre que seul le syndicalisme corporatif permet d'expliquer ces différences.
Je considère ensuite un aspect inquiétant pour la démocratie qui vise à instituer une inégalité en droit entre militants policiers du MCG par exemple qui peuvent sur la voie publique arrêter d'autres militant, obtenir des renseignements sur leur identité sans aucune possibilité de contrôle sur ces agissements cela peut parfaitement déraper sur les nombreux stands que tient le mouvement au centre ville .
Il faudrait un bureau des procureurs destiné à instruire l'inflation de plaintes pénales émanant du MCG , une récente altercation au Café de la Presse a fait un buzz médiatique alors que tous les témoignages infirmaient l'incident, médiatisé par Décaprop et son corollaire hebdomadaire le MCGHI cela s'est poursuivi avec long interview de la star, officier de police transféré au MCG. préoccupant non ?

Écrit par : briand | 06/02/2013

quelles indemnités au dip???

je suis enseignant, à 40 ans mon salaire est inférieur à mes connaissances qui sont policiers et qui ont plus de 10'000fr par mois sur leur fiches de paie (déjà vu!): c'est normal ça?! des études jusqu'à 26 ans pour découvrir ça à mon âge, c'est bôf question motivation à l'emploi. heureusement que je bosse pas pour les sous (avant j'étais dans la banque et je sui bien content d'avoir quitté ce monde complètement pourri). il faut reconnaître que nulle part ailleurs au monde on paye aussi bien les profs qu'en europe, nulle part ailleurs en europe on paye aussi bien les profs qu'en suisse et enfin nulle part ailleurs en suisse on paye aussi bien les profs qu'à genève (attention je parle que de l'enseignement public). certes, voilà c'est admis/avoué!!! mais alors comment un policier genevois peut-il gagner mieux que moi au même âge: la question se pose encore plus! alors que partout dans le monde un flic c'est limite pauvre, au mieux classe moyenne inférieure: la moitié des scénarios de films policiers hollywoodiens finissent par un détective qui s'étonne d'avoir séduit une fille très mondaine, alors que son revenu devrait être insuffisant pour un tel accès...(quand c'est un happy end, bien sûr)


évdimment mes amis flics ils ont une prime mensuelle incroyable pour les heures supplémentaires, sinon l'émolument de base serait loin de ce chiffre mensuel à quatre zéros.

je pense que l'affaire des heures supplémentaires est un coup monté du corps de police dans sa globalité: tout faire pour qu'on ne recrute pas une relève démographiquement suffisante, année après année, trop de poids à la dictée dans les tests (c'est si grave les fautes dans un rapport de police?! j'en trouve 10 par jour dans la tribune de genève...), pas de titulaires permis C autorisés à la sélection alors que les frontaliers sont déjà partout parmi nous à genève, etc.

c'est sûrement très bien organisé tout ça et depuis des lustres par la direction générale en amont, qui (comme au dip) malheureusement marche main dans la main avec les syndicats. une seule énigme à ma thèse bureaucratico-conspirationiste sur la police cantonale: la dictée a récemment été supprimée au recrutement, sauf erreur.

vu que les avis et les arguments sont assez pointus sur ce blog quant à la question, qui peut me donner le fin mot de l'histoire: la manipulation du peuple est terminée? qui l'a voulue? ou y a-t-il une autre nouvelle filouterie apparue entre-temps? quel est le nouveau stratagème pour enfumer l'opinion publique (si peu en veille)?

merci

Écrit par : job | 06/02/2013

M. Kunz qu'en est-il vraiment ? Ce renlfouement opaque est-il toujours d’actualité ou M. Schlechten a-il raison ? Dans ce dernier cas merci de votre prompte correction !

Écrit par : AlexT | 07/02/2013

Laissez moi sourire......
M. KUNZ comme par hasard vous semblez découvrir l'existence de la caisse de pension de la police et des gardiens de prison. Vous semblez découvrir également le statut de ces employés de l'état.

Pour un ancien député qui a voté les bugets de l'Etat de nombreuses années voilà un fait qui démontre que vous vous êtes contenté de le faire sans savoir, le moindre franc dépensé par l'état pour sa police étant dument bugétisé...

Donc, M. KUNZ votre réaction de "vierge effarouchée" laissez-moi rire...

Par ailleurs que l'on arrête de parler de privilège pour les policiers.. les privilèges sont morts un soir de juillet 1792 à la Bastille.... Les policiers disposent d'une rémunération qui comporte plusieurs éléments : le traitement, l'indemnité pour risque inhérent à la fonction et la prime d'assurance maladie. Tous ces éléments figurent sur les certificats de salaire et sont imposables et imposés. Que l'on ne me fasse pas sourire avec la mise à disposition du téléphone portable ce n'est là qu'un instrument de travail auquel je réponds même à 3 h. oo du matin...

Rien mais absonulment rien dans le statut des policiers n'est secret et ne s'est mis en place en marge des règles et du contrôle démocratique de notre république. je rappel que tous les textes légaux relatifs aux policiers et au personnel pénitentiaire sont disponibles à tout un chacun qui veut bien se donner la peine d'en prendre connaissance. Donc ni passe droit, ni "privilège" ni arrangement particulier, ni conspiration bureaucratique ou autres délires imaginatifs....

Finalement et je le pense réellement, à en lire certain, si ce job est si bien payé pour ne pas faire grand chose et être un privilégié parmi les privilégiés, mais alors, venez, venez tous partager nos contraintes, nos devoirs, nos responsabilités, nos engagements nocturnes, notre disponibilité au service de l'Etat, notre exposition au danger à chaque intervention, l'irrespect grandissant envers notre fonction, les remarques autant mensongères que déplacées telles celles de ce blog et tous les autres plaisirs dont notre métier est générateur.

C'est drôle, depuis plus de 20 ans que je fais ce job, j'ai jamais vu de file d'attente au bureau de recrutement ni personne se battre pour nous rejoindre...

BP

PS merci d'avance aux enseignants et chantres de la langue de molière de corriger le présent commentaire (j'espère que je n'ai pas fait trop de faute), je leur en serai reconnaissant ayant ainsi pu profiter de leur science et niveau de connaissances auquel moi, pauvre flic de bas étage, ne saurait bien évidemment pas prétendre..

Écrit par : big protector | 08/02/2013

@ AlexT
Le miracle auquel il est fait référence a incité la TdG a enquêter. L'un de leurs fins limiers, M. Eric Budry, a obtenu l'information selon laquelle le financement " très particulier" en question a été effectivement et heureusement supprimé en ... 2011. Il durait depuis les années 1960. Il aurait donc coûté entre entre 300 et 400 millions aux contribuables genevois.
Quand la TdG relatera les résultats de son enquête nous apprendrons peut-être comment est né le procédé, comment il était budgétisé et par quoi ce mode de financement a été remplacé.

Écrit par : Pierre Kunz | 08/02/2013

ok mais moi j'étais déjà au courant depuis longtemps du renflouement annuel des pertes de la caisse de pension des policiers genevois sur le dos des contribuables locaux.

je m'interrogeais plutôt sur la suppression de la dictée dans les tests d'entrée de la police. contrairement à ce que prétend big protector, il y a toujours eu beaucoup de candidats à l'entrée dans la police.la rumeur veut que 50% des ces braves jeunes était refoulée à cause de l'échec à la dictée. CQFD par rapport à ce que je disais: organiser depuis très haut la pénurie de la relève, donc la disette des effectifs futurs pour des raisons corporatistes syndicales et clientèlistes politiques (qui se rejoignent ici dans ce bel exmple de pratique anti-républicaine. plus puissant à genève que la famco, seul le lobby policier!!! c'est un peu comme le lobby paysan au niveau fédéral (3% de la population mais leurs tentacules règnent en maître sur les dessous du parlement).

alors que s'est-il passé? qui a mis fin à cette énième genferei, et pourquoi?

2 derniers mots pour big protector:

1) je fais plein de fautes d'orthographe dans mes communications interpersonnelles, parfois même professionnelles et je m'en fous (suis pas prof de français, c'est ma seule excuse-mais bien sûr que pour les documents rendus aux élèves je veille à les minimiser). libre à vous de penser que je fais rien de mes journées, mais svp commencez par attaquer tous les profs qui les passent plus devant des élèves en ayant réussi à les fuire pour faire formateur, etc: selon dominique favre (sauf erreur?), chef de l'office cantonal des statistiques, c'est une heure sur deux payée aux enseignants du dip...quand j'ai entendu ça, ça m'a paru incroyable!

2) svp ne faites pas comme mes collègues du dip en prenant tous les arguments du débat poltique de façon trop personnelle et émotionnelle. nous sommes dans un échange rationnel et il n'y a aucune malveillance quant au métier de policier de ma part, que je sais de plus en plus dur (sûrement d'ailleurs beaucoup plus que pour les profs, en vérité!). vous voulez un compliment? vous êtes certainement dans la société actuelle les derniers à faire un vrai métier d'homme, et parfois j'avoue que je vous envie pour ça! ça vous va? par contre 10'000fr par mois (plus tout le reste, donc) j'arrive pas à l'"encaisser", pour un cfc de 4 ans maximum et d'un an et demi de formation pratique. sincèrement désolé...

Écrit par : job | 08/02/2013

Les policiers montent sur leurs grands chevaux, ils nous jurent comme BP que "Rien mais absolument rien dans le statut des policiers n'est secret", sauf que la réalité c'est que lorsqu'on tape sur caisse de pension du personnel hospitalier CEH on trouve sans problème les rapports de gestion depuix dix ans,ici :

http://www.ceh.ch/rapann.php?mn=4

Alors que lorsque l'on tape caisse de pension de la police genevoise, on tombe sur un site totalement fermé qui ne publie rien, ici :

http://www.cppolice.ch/index.php?page=home&iId=2

Vous pouvez bien parler de démocratie et de transparence messieurs Schlechten et BP, le site de votre caisse de pension c'est "circulez il n'y a rien à voir !"

Chaque internaute peut en faire l'expérience en tapant lui-même les liens ci-dessus.

Le site de la caisse de pension de la police ressemble à ces postes de police que l'on a pu voir aparraître depuis plus d'une décennie, c'est marqué POLICE mais c'est fermé, on ne sait même pas où est la porte d'entrée ni ce qu'il faut faire pour accéder rapidement au service que l'on serait en droit d'attendre...

Écrit par : quidam | 08/02/2013

Selon le site de l'AVS, l'obligation de payer des cotisations prend fin dès que la personne assurée atteint l'âge ordinaire de la retraite et qu'elle cesse d'exercer une activité lucrative. Pour les hommes, l’âge ordinaire de la retraite est fixé à 65 ans, pour les femmes à 64 ans.
Ma question est la suivante: pour les ces personnes qui cessent leur activité bien avant 64/65 ans, qui paie les cotisations AVS manquantes ?

Écrit par : Jean-Charles Heritier | 09/02/2013

Les commentaires sont fermés.