31/01/2013

De la santé en tant que "droit humain"

Les primes d’assurance-maladie, perçues de manière indue, que la Confédération semble ne pas pouvoir faire rembourser à ceux qui les ont versées, fouettent l’imagination des assurés et de leurs défenseurs. On a ainsi pu prendre connaissance récemment dans la presse de la nouvelle « trouvaille » de ceux qui en ont marre de voir croître leurs cotisations. Ils réclament tout simplement le blocage de celles-ci.

A leur attention on rappellera que si la LaMal dysfonctionne aussi gravement c’est tout simplement parce que dans le cadre de cette loi tous les acteurs du secteur de la santé, qu’ils soient consommateurs, prescripteurs ou pourvoyeurs de prestations, ont intérêt à la surconsommation médicale. La LaMal n’offre qu’un aspect positif : les dérives que l’on constate dans les pays voisins, à savoir des trous financiers gigantesques dans les comptes de leur sécurité sociale, sont impossibles chez nous, précisément parce que chaque année les assureurs présentent aux assurés la facture de l’augmentation de leur consommation médicale. Voilà l’origine des hausses, année après année, des primes. Dans le cadre de la LaMal par conséquent, pas de blocage possible des cotisations sans mesures compensatoires dont la plus évidente est la réduction du catalogue des soins couverts par l’assurance de base. Or jusqu’à présent, au nom de « la médecine la meilleure pour tous », pratiquement personne, ni dans le monde politique ni au sein du corps médical et encore moins parmi les assurés, ne veut envisager une telle réduction.

D’où nous vient cette incapacité de nous comporter raisonnablement dans ce domaine ?

Il est probable que la croyance, apparue simultanément avec l’hédonisme et le consumérisme exacerbé, selon laquelle le bonheur et la santé feraient en quelque sorte partie des droits humains, trouve ses racines dans mai 68. A partir des années 1970, notre société, poussée par les progrès sidérants induits par la recherche dans tous les secteurs de la médecine a peu à peu mis la maladie hors la loi. La bonne santé est apparue un dû, un acquis social même. Souffrir de la grippe ou ressentir du bleu à l’âme est devenu aussi injuste qu’inacceptable.

Pas étonnant que dans un tel contexte l’on ait assisté, sous la baguette des politiciens et grâce à la complicité intéressée de nombreux acteurs économiques et médiatiques, à la multiplication des prestations sanitaires et médicales de toutes natures et des réponses médicamenteuses. Pas étonnant non plus que d’autres acteurs, institutionnels ceux-là, à savoir le corps médical privé et le corps professoral des hôpitaux publics universitaires se soient engouffrés partout en Occident sur un marché des soins en pleine expansion et qu’ils aient ainsi contribué largement à l’accroissement massif des dépenses de santé, en Suisse tout particulièrement.

Dans un tel contexte, il n’est pas surprenant que les hommes et les femmes de ce début de siècle aient cessé de raisonner de manière cohérente. Comment pourraient-ils en effet comprendre les contradictions inhérentes à un système d’assurance qui dérive follement mais que le monde politique continue obstinément à soutenir parce qu’il n’a pas le courage d’en remettre en question les fondements, préférant attendre la crise qui précipitera immanquablement son effondrement ?

Pierre Kunz

Article paru également sur le site www.lesobservateurs.ch

07:50 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Très juste.
La médecine est devenu un marché, le médecin un prestataire de services et le patient une vache à lait.

Écrit par : Bertrand Buchs | 31/01/2013

Hello Pierre,

Evolution en matiere de Santé :

2000 Gestion des caisses 5 % , Medicaments 18 % , Medecins, hopitaux 77%
2012 Gestion des caisses 9,8% , Medicaments 10,2%, Medecins hopitaux 80%

Chiffres que tu a du recevoir egalement, parmi les statistiques federales sur la santé.

la gestion des caisses maladies coutent aussi cher que tous les medicaments vendus en suisse, il faut dire qu'avec 86 conseils d'administrations cela fait vivre pléthore de politicien mais bon c est quand meme un reccord mondial je pense.

Thomas

Écrit par : Thomas Bläsi | 31/01/2013

Et parmi les râleurs certains sans doute font partie d'écologistes indépendant qui n'hésitent pas à contaminer des enfants Nigérians en leur apprenant à malaxer des bouses d'éléphants sans gant ,sans aucun produit désinfectant pour les mains afin d'être scolarisés écologiquement
.Sans doute sont-ils les mêmes à critiquer la Diane 35 alors qu'on sait depuis la nuit des temps que tout produit anti conceptionnel peut provoquer des effets secondaires.C'est l'hopital qui se fout de la charité non?
Et parmi les râleurs il y a toujours les mêmes qui rouspètent par principe ou pour faire monter les enchères,faut bien nourrir l'imaginaire des médias et des lecteurs et surtout apporter de l'eau au moulin des émissions télévisées qui vont s'empresser d'en faire une heure de programmes pour satisfaire aux casse pieds habituels
Et parmi tous ces rabats joies combien y'en a t'il qui après divorces suppriment leurs assurances,elles aussi il faut bien que quelqu'un paie et comme d'hab se sera toujours aux mêmes à payer ceux qui ne râlent pas ayant compris la comédie des jamais contents toujours insatisfaits qui n'ont qu'une idée en tête faire* raquer* l'Etat. C'est à dire le citoyen solvable ,vieux truc connu depuis Mathusalem! Le même qui sous peu pour satisfaire à un monde d'égoistes devra courir pour recycler ses excréments ,si si vous verrez si on les laisse continuer ainsi on y arrivera!
c'est le monde du n'importe quoi mais très dangereux pour la santé physique et mentale qui aura pour seul résultat de faire augmenter les primes pour les jeunes de demain grâce à des écologistes inconscients et surtout manquant sérieusement de molécules intelligentes

Écrit par : lovsmeralda | 31/01/2013

Bonjour,
Parfois, on a du mal à comprendre le monde de la médecine, qui proclame haut et fort qu'il sauve des vies dans leurs métiers. Mais apparemment, c'est tout le contraire. Dommage!

Écrit par : devis de mutuelle | 31/01/2013

@Devis Mutuelle.La médecine est là pour aider et non donner raison aux chaines TV qui elles ainsi que de nombreux scientologues s'imaginent poosséder le droit universel de manipuler par la métaphysique.Images,sons,mots se transformant en maux et le tour est joué .Certains ont vite compris tous les intérets qu'ils auraient à en retirer,d'ailleurs Orson Well's fut le premier instigateur à faire croire a tout le monde et sans le vouloir que la corneille devait être abattue.
Jamais depuis son film autant de loups grous,vampires etc n'ont fleuri les salles de cinoche ou programmes TV.
la vie c'est un tout et l'humain aujourd'hui est devenu ce qu'Hitler voulait ,un robot tout simplement qui avale ausssi stupidement que nous à l'âge de deux ans ce que M6 et d'autres proposent aujourd'hui.On croit réver en voyant les images diffusées par ces chaines sectaires imitant parfaitement l'art d'embobiner les gens comme les sectes religieuses de notre époque qui elles exploitaient l'ignorance de gens qui venaient de vivre deux conflits .
Quand au copinage on préfère ne plus en parler tellement les dégats psychologiques sont importants,ma copine prends la pilule alors faut l'imiter! On est pas des moutons que diable et il faut avoir vu certains délégués médicaux et leur cirque pour obliger le médecin a ceci ou cela,quitte à retarder d'une heure une intervention chirurgicale!
depuis 1954 je suis affiliée à la même caisse maladie qui changea de nom mais dieu que j'en ai toujours été contente car vouloir jouer à saute mouton sur des offres souvent sans garantie sur le long terme ,les seules à être durables sont les récriminations

Écrit par : lovsmeralda | 31/01/2013

toutes les comparasions qu'il est possible de faire à l'intéreur de la fonction publique genevoise afin de justifier le statut particulier du corps de police ne tiennent pas la route , , formation exigée, horaire, pénibilité,violence tous ses facteurs se retrouvent dans d'autres professions beaucoup moins bien loties.
Personnel infirmier, collaborateurs scientifiques, éducateurs etc.
Par contre un stand du MCG en ville ,j'ai une une discussion un peu vive le militant policier peut me demander mes papiers faire un "rapport" main courante sur lequel je n'ai aucun droit de regard, et hop il ne me reste qu'à rentrer gentiment au mieux chez moi au pire au poste.
Cela est évidemment très inquiétant pour la démocratie, la dernière "altercation" du café de la presse , contre-dite par les témoins mais rapportée par Décaprop et le MCGHI témoigne de ces dérives.

Écrit par : briand | 06/02/2013

Les commentaires sont fermés.