22/12/2012

Déchets nucléaires, l'exemple de Carlsbad (NM)

Selon les meneurs écologistes espagnoles, la décision de stocker les résidus radioactifs ibériques près de la bourgade castillane de Villar de Cañas (cf Le Temps du 22 décembre) serait « une folie environnementale et cette opération laisse présager le pire ».

Ces Cassandre prêchent dans le vide. Les 500 habitants et les autorités de cette commune qui n’a cessé de se dépeupler depuis des décennies ne voient en effet pas les choses ainsi. En cette période de crise économique et sociale profonde, rejetant les prédictions de milieux qui se nourrissent des peurs qu’ils savent susciter, faisant confiance aux scientifiques, ils considèrent au contraire bénéficier d’une aubaine, celle qui leur permettra de redonner vie et avenir à leur communauté, d’assainir ses comptes et d’y développer l’emploi.

On sait que la question du stockage sur sol suisse des déchets nucléaires de notre pays est aussi à l’ordre du jour. Les antinucléaires et les écologistes helvétiques ont commencé à affuter les armes du combat qu’ils entendent mener, quelque soit le lieu d’entreposage choisi.

A l’attention des inquiets et des sceptiques, on notera que c’est une rationalité et un optimisme identiques à celui de Villar de Cañas qui avaient guidé dans un processus semblable la petite ville américaine de Carlsbad, Nouveau Mexique, comptant 27'000 âmes aujourd’hui. Depuis 1960 elle luttait contre les conséquences démographiques et économiques du déclin de son industrie minière. Après d’efficaces démarches de lobbying auprès des autorités du pays, Carlsbad obtint ce que ses habitants considèrent plus que jamais « le privilège » de se voir confier depuis 1999 le stockage d’une partie importante des déchets nucléaires des USA.

Un privilège, car, confiait à l’auteur de ce billet la réceptionniste de l’hôtel de Carlsbad où il passa une nuit au début d’avril 2011, quelque semaines après la tragédie de Fukushima, « la région bénéficie grandement, depuis une vingtaine d’années, des retombées économiques de ce développement ; des retombées favorables aussi sur notre tourisme puisque les activités thermales et les fantastiques Carlsbad Caverns ont grandement profité de l’éclairage médiatique qui s’est porté sur notre ville ».

Evidemment, d’aucuns ne manqueront pas de stigmatiser au nom du principe de précaution une telle insouciance et de prédire que le pire, puisqu’il ne s’est pas encore produit, est encore à venir.

Pierre Kunz

14:46 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/12/2012

Europe, des certitudes évanouies aux populismes

Le surendettement des nations européennes marque, selon toutes probabilités, la première étape seulement d’un processus de réajustement appelé à redimensionner le pilier porteur des institutions sociales développées en Europe depuis la dernière guerre mondiale, à savoir l’Etat « redistributeur ». Les observateurs sont en effet quasiment unanimes : la crise qui a frappé le Vieux continent sera durable et ses effets seront essentiellement sociaux. Elle se manifestera par la fin de l’égalitarisme qui, au cours des dernières décennies, a inondé l’Etat social originel, l’a gonflé en Etat « nounou » et l’a conduit là où il se trouve en ce début du 21ème siècle, c’est-à dire de facto en faillite.

Un cycle de conférences mis sur pied en novembre dernier par l’Institut National Genevois a montré la corrélation de cet ébranlement avec les agitations populistes dans les nations européennes.

En Europe l’égalitarisme, cette ambition illusoire visant en l’espace d’une génération à gommer les inégalités sociales et individuelles produites par des siècles d’histoire et d’évolution compliquées, et l’Etat providence, voulu par la gauche et complaisamment cautionné par une droite, n’ont pas seulement dégradé les libertés qui avaient conduit l’Europe à la richesse et au progrès social, affaibli l’esprit d’entreprise et la résilience des individus, alourdi follement les budgets sociaux et réduit peu à peu la compétitivité économique des sociétés occidentales. Loin de rendre les humains plus heureux, ces « avancées » ont conduit simultanément à l’émergence de la société de l’envie et de la jalousie dans laquelle nous nous débattons aujourd’hui.

Les peuples européens ont ainsi été amenés à considérer qu’ils bénéficiaient d’un droit inaliénable à l’égalité ; non plus celle des chances mais celle des niveaux de vie et de consommation, indépendamment des talents et du travail de chacun. La fin programmée de l’Etat providence, par insuffisance des moyens requis pour honorer les promesses de ses thuriféraires et pour répondre aux attentes excessives de sa clientèle, constitue donc à n’en pas douter la plus grave menace pesant sur la paix sociale dans les nations européennes. Car à l’évidence, la mise en concurrence par la globalisation des échanges de tous les travailleurs de la planète, même si elle est freinée par la réintroduction d’une dose raisonnable de protectionnisme, ne manquera pas de peser non seulement sur la capacité redistributrice de l’Etat mais aussi sur les niveaux de rémunération de la majorité des individus.

Dans cette ambiance de fin d’époque l’Europe tangue dangereusement. Paraissant incapables d’affronter rationnellement et avec volontarisme les enjeux nouveaux, de s’élancer dans l’avenir et l’effort, les peuples du Vieux dispersent leurs forces vives et gaspillent leur énergie dans une lutte généralement vaine pour la « sauvegarde des acquis ». Ils se jettent dans les bras de populistes de tous bords, habiles à vanter leurs solutions fictives et à attiser les révoltes de la rue.

Il est par exemple question en ce moment du retour du Cavaliere aux affaires italiennes. On parle aussi beaucoup des excès de Melenchon en France, de ceux des extrémistes grecs ou des indépendantistes catalans. Mais les plus inquiétants de ces populistes sont sans conteste les nostalgiques rousseauistes, les écologistes malthusiens qui, pour protéger les vieux arbres, veulent empêcher les enfants de naître. Ceux qui tentent de faire croire que l’avenir de l’Europe et de la planète se trouve dans la soumission absolue des humains aux impératifs de la biodiversité et des espaces verts et, à ce titre, dans la régression démographique, forcée par la loi. Ceux qui affirment que les clés du bonheur se trouvent dans le rejet pur et simple du modèle économique occidental, la frugalité énergétique et l’autosuffisance alimentaire.

Pierre Kunz

08:30 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

06/12/2012

BBC et RTS, même formule

Comme la BBC, même si c’est à un niveau bien inférieur, la RTS a longtemps été considérée comme un modèle de sérieux et de compétences. Mais, tout comme celui de la BBC, le monopole de la RTS a évolué au cours des dernières décennies en une structure aussi grasse que gaspilleuse des ressources considérables qui lui sont accordées par ses clients, forcés par la loi d’assurer son financement. Il n’est donc pas inutile de traduire et de retenir les propos que Catherine Mayer, à l’origine d’un article consacré il y a peu par Time Magazine à la BBC, réserve à la grande régie britannique, une régie qui selon la journaliste est en grande difficulté à cause de décennies d’incompétence managériale.

« En retour, écrit l’auteur, des largesses du contribuable-payeur, la BBC s’est fixée depuis toujours comme objectif de satisfaire les attentes de chacun, qu’il s’agisse d’information, de sport ou de divertissement. Cette mission avait du sens jusqu’au moment où la révolution amenée par le numérique aurait dû en redessiner les contours. Insensible à la discipline structurelle et financière imposée par les exigences de la concurrence, la BBC s’est fortement étendue, souvent de manière incohérente, gonflant les personnels, accroissant les couches de cadres aux titres impénétrables et multipliant les chaînes ».

Les observateurs le savent bien, la RTS, qui a connu un scandale de moeurs identique à celui dévoilé il y a peu au sein de la célèbre institution britannique, souffre des mêmes maux structurels que la BBC. Elle bénéficie d’un statut privilégié lui assurant un financement stable et généreux. Le quasi-monopole dont elle dispose a toujours conduit ses dirigeants à considérer qu’elle pouvait mettre en œuvre les politiques même les plus onéreuses pour « conserver, au nom du fédéralisme, son rôle et ses parts de marché en radio et en TV ». Forte de ressources incomparables et du soutien intéressé de toute la classe politique ou presque, elle a pris l’habitude de lutter contre ses concurrents privés comme le bulldozer aplatit les cailloux, leur laissant la portion congrue. Essentiellement en multipliant les stations sans considération pour la qualité discutable des principales d’entre elles, sans préoccupation pour leur audience, souvent infime ni les doublons.

C’est ainsi qu’on compte actuellement en Suisse romande 2 chaines de TV et 5 de radio, à quoi s’ajoutent les 5 programmes musicaux dits « nationaux ». En Suisse alémanique c’est pire encore puisque l’on y dénombre désormais 6 chaînes radiophoniques et 3 télévisuelles. Quant au personnel et à l’encadrement, comme les niveaux salariaux, ils n’ont évidemment jamais cessé de gonfler en conséquence.

Pour payer ces folies chaque ménage débourse chaque année Fr. 462,40.  Jusqu’à quand ?

Pierre Kunz

08:30 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook