14/11/2012

La comédie budgétaire genevoise

Le Grand conseil a refusé d’entrer en matière il y a quelques temps sur le projet de budget que lui soumettait le Conseil d’Etat pour 2013. On s’est depuis lors beaucoup exprimé sur ce refus. Les uns pour souligner « l’incongruité » de cette opération, d’autres pour souligner le « lâchage » par le PLR de ses conseillers d’Etat, certains pour condamner l’alliance PLR-MCG, opportuniste et vouée au retournement de veste du second, les derniers pour stigmatiser les propositions d’économie présentées par ce parti au gouvernement. On regrette pourtant que tous se soient limités dans ces critiques aux aspects de surface d’une affaire qui, en vérité, n’a rien d’extraordinaire, si ce n’est que, pour la première fois, une majorité de députés se sont entendus pour non pas seulement afficher leur mauvaise humeur mais pour la concrétiser spectaculairement.

Il faut savoir qu’au cours des vingt dernières années, plus de dix fois au moins, la droite parlementaire radicale et libérale a été tentée de renvoyer à son auteur le projet de budget préparé par le Conseil d’Etat. Le motif de cette ambition se trouvait régulièrement dans des charges de fonctionnement croissant excessivement, au surplus dans des secteurs non prioritaires aux yeux des partis bourgeois. A chaque fois, le Conseil d’Etat est parvenu aisément à tuer dans l’œuf ces velléités de révolte en rappelant aux députés que « leurs électeurs ne comprendraient pas qu’un Conseil d’Etat à majorité de droite soit désavoué par se propres troupes en matière budgétaire ». D’autant, ne manquaient-ils jamais d’ajouter, que « le vote du budget constitue l’acte politique le plus important du parlement ».

Ces arguments ont toujours suffi au Conseil d’Etat pour étouffer les députés récalcitrants. Le PDC ne manquait en effet jamais de se désolidariser très vite des autres groupes de l’Entente et  ces derniers, presque aussi rapidement, succombaient piteusement au discours du gouvernement, sans jamais le contester dans ce qu’il a de spécieux, fondé qu’il est sur un pré-requis institutionnel qui n’existe pas à Genève.

Spécieux parce que chez nous le gouvernement n’est pas élu sur la base d’un programme annoncé et les priorités budgétaires correspondantes ; il ne se sent par conséquent aucunement engagé politiquement à l’égard du parlement. Spécieux parce le budget de l’Etat n’est pas fondé sur des options politiques connues mais sur les exigences essentiellement pratiques du consensus gouvernemental et sur les requêtes des services de l’administration publique. Spécieux parce que lors de l’élaboration de son budget le Conseil d’Etat genevois travaille sans jamais se préoccuper ne serait-ce que de l’indice de la volonté des partis appelés ensuite à entériner les choix gouvernementaux. Spécieux parce qu’aux yeux des ministres, s’agissant de l’enveloppe budgétaire de leur département respectif, il ne saurait être question de modifier sinon symboliquement les chiffres la concernant.

Spécieux, en résumé, parce qu’un tel fonctionnement se réduit à la politique du fait accompli et à la requête d’un blanc-seing.

Ce n’est donc pas tant l’initiative récente des groupes PLR, UDC et MCG qui doit être qualifiée d’incongrue, mais bien l’habitude qui commande les votes budgétaires du Grand Conseil depuis toujours, à savoir, après les effets de manche de part et d’autre, l’adoption régulière et sans amendement significatif du projet gouvernemental par la droite bourgeoise majoritaire mais qui n’a jamais voix sur le fond. On comprend qu’en fait, chaque année, le débat budgétaire genevois ressemble à une pièce de théâtre bien huilée, dans laquelle les députés, ceux de la Commission des finances comme les autres, jouent des rôles de figurants, dans un décor fictif et dans la mise en scène d’un Conseil d’Etat tirant toutes les ficelles.

La Constituante aurait pu mettre un terme à ces joutes malsaines en réformant le mode électoral de l’Exécutif genevois afin de le renforcer, de le rendre politiquement plus engagé et en repensant ses rapports de dépendance avec le Grand Conseil. Elle n’a pas osé ce changement. Chaque année la comédie budgétaire du canton se poursuivra donc comme jusqu’ici, avec tout ce qu’elle a, elle, d’incongru et exceptionnellement, comme à fin septembre, avec une petite crise à la clé qui fera le bonheur des gazettes.

Pierre Kunz

09:04 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Où l'on voit la droite libéralo-radicalo-bourgeoise démontrer qu'elle est, vraiment, la plus bête du monde. N'importe quoi.

Écrit par : Déblogueur | 14/11/2012

Bonsoir Monsieur Kunz,

" La Constituante aurait pu mettre un terme à ces joutes malsaines en réformant le mode électoral de l’Exécutif genevois afin de le renforcer, ..."

Oh oui, mais elle aurait pu réformer bien d'autres choses encore la Constituante, les doublons Ville-Canton, la fiscalité et la taxation fiscale sur le lieu de domicile, etc. ... Mais que voulez-vous la République a ses habitudes qu'il ne faut pas brusquer. Celle-ci a ses rites et ses mythes. A l'image du cortège de l'escalade et de ses figurants, le présentation du budget de l’État en fait partie. C'est le moment pour les députés-figurants de montrer leurs muscles.

Genève qui se croit à l'avant-garde est en réalité très conservatrice et surtout pusillanime.

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 15/11/2012

Les commentaires sont fermés.