30/01/2012

Au revoir M. Kappeler

Les lecteurs du quotidien Le Temps ont appris vendredi que Beat Kappeler entendait désormais se consacrer à d'autres activités que celles du spectateur engagé qu'il n'a cessé d'incarner depuis deux décennies. Heureusement, il très improbable que le jeune retraité ait totalement renoncé à s'exprimer lorsqu'à l'avenir il le jugera utile, en toute liberté et avec la fine intelligence qui l'a toujours caractérisé.

Il n'empêche, ses fidèles lecteurs regretteront grandement ses éditoriaux hebdomadaires. Sa compréhension de nos sociétés industrialisées est en effet d'une étendue et d'une profondeur qu'on ne retrouve guère parmi ses pairs, même au sein du gotha des professeurs d'économie, nobelisés ou pas encore, avides d'éclairage médiatique et académique, qui viennent de se réunir à Davos. Ses observations, ses analyses critiques et ses recommandations relatives au fonctionnement social, économique et politique de l'Occident, de la Suisse en particulier, étaient fondées sur un parcours professionnel et intellectuel d'une rare richesse.

Beat Kappeler s'est depuis longtemps distancé des théoriciens de l'économie accrochés aux « modèles », pratiques mais si éphémères, grâce à un profond bon sens qui ne l'a jamais quitté et qui a toujours guidé ses recherches et ses réflexions. Contrairement aux technocrates de tout poil et aux célèbres Stiglitz et autres Krugman, le Bernois, libéral convaincu, mais au sens philosophique et humaniste du terme, n'a en aucun cas cédé aux modes, à la tentation de plaire et aux solutions dictées par la seule urgence ou le court terme socio-économique. Soulignant avec constance les échéances financières inéluctables des Etats européens et américain, il n'a eu de cesse de rappeler les vertus qui ont animé nos aïeuls, ceux qui ont fait la richesse du monde industrialisé, et n'a jamais renoncé aux valeurs qui conditionnent le fonctionnement durable d'une société démocratique et économiquement libérale.

Au revoir M. Kappeler ; vous vous manquerez.

Pierre Kunz

 

16:29 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.