14/01/2012

La France en AA+, Genève en AA-. Et alors ?

Depuis Louis XIV les élites françaises se sont toujours vues dans le rôle du donneur de leçons. Elles considèrent encore non seulement faire partie des premiers de classe dans tous les domaines mais aussi de tenir le rang le plus élevé dans le concert des nations européennes.

On comprend donc le choc que ces élites, les acteurs politiques surtout, ont ressenti lorsqu'a été publiée la dégradation de AAA à AA+ de la note de solidité financière à laquelle vient de les condamner l'agence de notation financière Standard & Poor's. Les marchés avaient pour leur part anticipé cette annonce qui a donc essentiellement un caractère médiatique et qui restera à moyen terme sans conséquences ou presque. Reste que la classe politique du pays est ainsi mise sous pression et invitée de manière spectaculaire à couper dans son administration publique hypertrophiée, à modérer le goût des Français pour les prestations et les allocations de l'Etat, à élever l'âge de la retraite des salariés et à améliorer la compétitivité de l'économie en conviant les travailleurs à accroître le nombre de ses heures d'activité hebdomadaires.

Mais cette affaire ne saurait bouleverser demain le fonctionnement et les habitudes du pays. L'exemple genevois est significatif.

Malgré les difficultés financières bien connues et graves du canton, les autorités sont restées largement inactives au cours des dernières années et les problèmes restent entiers. L'endettement public n'a que peu diminué et demeure de loin le plus élevé des cantons suisses. Au bout du lac les effectifs de l'administration ont continué de gonfler fortement, les investissements publics ont atteint un niveau démesuré et seule quelques mesures cosmétiques ont été prise à propos de à l'assainissement des caisses de pension cantonales. Quant aux dépenses de fonctionnement de l'Etat, elles ont poursuivi leur croissance régulière sans rapport avec l'inflation, la hausse de la population et l'évolution des recettes structurellement assurées.

Pourtant notre canton, qui trainait depuis longtemps la note médiocre de A+, a vu l'an dernier Standard & Poor's à relever son appréciation des finances publiques cantonales à AA-, note moins médiocre. Comment l'agence en est-elle arrivée à cette conclusion ? Les observateurs sérieux se perdent en conjectures lorsqu'ils tentent de répondre à cette question, surtout lorsqu'ils comparent l'évolution de la notation vaudoise entre 2006 et 2011. Entre ces deux dates en effet, grâce à un sérieux et fructueux ensemble de réformes (réduction de plus de 60 % de la dette, stabilisation des dépenses de fonctionnement, limitation des investissements) Standard & Poor's a élevé la notation du canton de Vaud de A+ à AA+.

Il serait erroné, ou trop commode, de conclure des propos ci-dessus que les agences de notation sont inutiles. Il s'agit au contraire de saisir que leur rôle a pris l'ampleur qu'on lui connaît depuis la fin de la dernière décennie parce que leurs interventions jettent une lumière crue sur la manière malsaine dont ont été menée l'activité politique et gérées les finances publiques dans les Etats occidentaux depuis les années 1980. Fort opportunément et dans l'intérêt des citoyens du monde occidental la pression qu'elles exercent, associée à celle des marchés, force désormais les gouvernements à agir. Leur objectivité relative et les points qu'elles distribuent ont finalement moins d'importance que le signal donné.

Pierre Kunz

 

20:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.