30/12/2011

La police n'est plus la solution, c'est le problème

La police genevoise semble encore bénéficier d'une bonne image au sein de la population genevoise. Il n'en reste pas moins, quelques évènements récents le confirment, qu'elle est devenue un problème politique majeur. Comment en est-on arrivé là ?

La première cause du malaise réside manifestement dans l'évolution récente de notre société et dans les perversions juridiques et humanitaristes qui l'ont accompagnée. La responsabilité de cette dégradation repose sans conteste au sein d'un monde politique incapable de résister aux milieux « bien-pensants » et aux modes du « politiquement correct ».

Nulle part plus que dans notre canton le corps de police ne subit les conséquences paralysantes du juridisme insensé qui nous a emportés depuis trois décennies. Nulle part plus qu'au bout du lac on a porté à ce point d'absurdité la protection de la personne des délinquants au détriment de l'action sécuritaire efficace des défenseurs de l'ordre public. A tel point que, pour effectuer son travail et respecter les règlements qui ont envahi la profession, le policier doit désormais consacrer plus de temps au poste qu'à la rue. Pour prévenir par exemple les accusations inventées de mauvais traitements il est forcé de prendre une multitude de précautions et se trouve désormais dans l'impossibilité d'agir seul. Quant à la plainte déposée par un citoyen pour détroussement, au lieu de mobiliser une simple employée administrative, elle peut occuper plusieurs policiers pendant des heures.

Ce fonctionnement absurde non seulement coûte horriblement cher à la collectivité mais il est surtout extrêmement démotivant pour les policiers. Ceux-ci ne pratiquent désormais leur métier qu'à peine durant la moitié du temps qu'ils lui consacrent.

La seconde cause trouve par contre sa source à l'intérieur du corps de la police, même si elle découle partiellement de la précédente. La police a manifestement été noyautée par des syndicalistes particulièrement virulents qui profitent depuis plusieurs années du mécontentement de la base pour quereller régulièrement un Conseil d'Etat pusillanime, se réfugiant dans des compromis navrants à chaque orage et incapable depuis plus de dix ans de jouer son rôle de patron de la police genevoise.

Pour désolant que soit la faiblesse du Conseil d'Etat en la matière, le syndicat pourrait faire œuvre utile en contribuant activement à l'indispensable modernisation de la police genevoise. Dans l'intérêt général il pourrait devenir source de propositions en vue d'extraire celle-ci de son carcan actuel, de la réorganiser en fonction des défis sécuritaires contemporains, de la faire passer aux outils informatiques modernes et d'améliorer l'efficacité du travail des agents sur le terrain. Au lieu de cela il consacre toute son énergie à cultiver les intérêts  corporatistes de la police et à multiplier les exigences matérielles et démagogiques : plus d'effectifs, plus de salaire, plus d'indemnités pour les heures supplémentaires, plus de compensations pour le travail de nuit, etc. Il parvient presque à faire oublier que le corps de police est depuis longtemps au bénéfice d'avantages considérables, en particulier une multitudes de privilèges en matière de défraiements ainsi que la prise de retraite cinq à dix ans avant les autres fonctionnaires grâce à une caisse de pensions subventionnée année après année par l'Etat plus généreusement que toutes les autres caisses de prévoyance publiques.

Il était donc temps que, par la voix d'Isabel Rochat, le Conseil d'Etat réagisse avec vigueur à l'égard de syndicalistes manifestement plus préoccupés par les égoïsmes corporatistes que par la mission de service public des policiers qu'ils disent représenter. En attendant, espérons-le, que ce Conseil d'Etat se réapproprie pleinement son rôle de patron de la police et qu'il prenne enfin les rênes de la modernisation de celle-ci.

Pierre Kunz

 

 

16:50 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.