22/12/2011

Les Verts veulent une Genève maigre

Leur récente défaite électorale ne leur aura donc rien appris. Les Verts persistent dans leurs objectifs de « frugalité » et de décroissance et se lancent à l'attaque du nouveau plan directeur d'aménagement cantonal récemment dévoilé par le Conseil d'Etat.

Certes, ce nouveau plan directeur est largement contesté dans les communes qui, une fois de plus, ne semblent pas avoir été correctement consultées lors de son élaboration. Il n'est donc pas surprenant qu'elles lui trouvent plus de défauts que de qualités et qu'elles exigent qu'on lui apporte des correctifs. Mais les Verts franchissent un pas supplémentaire en insistant sur le retrait pur et simple de ce plan au prétexte qu'il « ne fait que dégager des surfaces constructibles » et qu'il ne s'agirait selon eux que « d'une opération destinée à commercialiser le territoire genevois ».

Un comble quand on sait que tous les Genevois sont au moins d'accord sur un constat : le canton souffre de l'énorme déficit accumulé dans la construction de logements. Un déficit qui explique pratiquement toutes les nuisances qui pourrissent la vie des habitants, le coût élevé des habitations disponibles, la pollution sonore et les encombrements routiers en particulier.

Au delà de l'intégrisme inquiétant d'un parti qui reste attaché à une vision malthusienne de la société occidentale, l'attitude des Verts qui ne cessent de faire la leçon aux Genevois au sujet de la région et qui prétendent conduire Genève en participant au Conseil d'Etat, est d'une incohérence surprenante. D'une part, contrairement à ce que prétendent leurs porte-paroles, l'équilibre de la zone agricole genevoise n'est aucunement mis en péril par le nouveau plan directeur. D'autre part c'est de l'équilibre et de la répartition des tâches au sein de l'agglomération franco-valdo-genevoise qu'il est question dans le nouveau plan directeur.

Faut-il rappeler que la surface occupée actuellement par le bâti, réseau routier compris, représente moins de 20 % de la surface du canton ? Les Verts, qui préconisent une « agglomération durable, équilibrée et solidaire », envisagent-ils sérieusement de continuer à exporter en France voisine et en dans le Pays de Vaud la construction des logements nécessaires à nos enfants qui veulent travailler à Genève ? En opposition aux constituants de tous bords qui ont, eux, compris les enjeux, entendent-ils contester le texte de la nouvelle constitution qui stipule clairement que « le plan directeur cantonal prévoit la mise à disposition en suffisance de terrains constructibles » ?

Genève s'apprête à vivre une décennie économiquement et socialement difficile durant laquelle la tâche de nos autorités consistera bien davantage à gérer la diminution du PIB cantonal et des recettes fiscales que la croissance économique. Dans ce contexte il est stupéfiant d'entendre le maire Vert de Chêne-Bougerie déclarer à l'appui de son rejet du plan directeur «  qu'on ne peut se contenter de stimuler la croissance ».  La fonction de maire de commune rendrait-elle sourd et aveugle aux défis du canton ?

Pierre Kunz

 

 

17:14 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.