11/11/2011

De la frustration chez les constituants

Le constituant des Verts Florian Irminger s'est révélé depuis le début des travaux de l'Assemblée un homme particulièrement compétent et efficace dans l'accomplissement de sa tâche. Dans un article qu'il publie ce jour dans Le Temps il tombe malheureusement dans le piège de ses frustrations et il embouche les trompettes de ceux qui se sont fait une habitude de contester bruyamment les décisions prises par la majorité de la Constituante et de menacer publiquement d'échec les travaux de celle-ci.

Il est curieux que d'une manière générale les groupes de gauche, qui pourtant ne cessent de réclamer un texte novateur, accusent la droite d'arrogance et d'outrance chaque fois que celle-ci parvient à construire une majorité autour de ses projets de réformes et qu'ils trouvent parfaitement démocratique et normal les cas inverses, ceux dans lesquels la gauche impose sa volonté. Irminger accuse par exemple la droite de « jouer avec une idée impromptue et avec la volonté populaire » lorsqu'elle fait passer son projet de réforme de la fiscalité communale. Mais il ne voit rien de problématique dans la réduction, pourtant contestée par une majorité des Genevois consultés au début de l'année, des exigences en matière de droits populaires ou dans l'abaissement du quorum électoral au Grand Conseil à 5 %, deux mesures obtenues par la gauche.

En fait, comme nombre de ses collègues, Irminger n'a pas encore reconnu que le fonctionnement d'une Constituante ne peut conduire, chez ses membres et au sein des groupes, qu'à une accumulation de frustrations et de déceptions. Elles sont inéluctables puisque l'Assemblée est en quelque sorte « condamnée à réussir », donc à briser les visions vastes et généreuses puis à formuler et accepter des compromis en nombre incalculables.

Bien évidemment, dans ce contexte, les groupes et les élus les plus idéalistes et les plus réformateurs, à gauche comme à droite, sont les plus exposés à l'indigestion. Et dans cette catégorie les Verts viennent en tête, tant leurs ambitions en matière régionale et environnementale étaient élevées au départ. Des ambitions qui, pour louables qu'elles soient, sont souvent apparues au cours des travaux utopiques, autoritaristes, parfois dangereuses aussi.

En matière climatique par exemple, comment la Constituante aurait-elle pu suivre les Verts dans leur exigence d'imposer au canton, sans étude sérieuse de faisabilité et des conséquences d'une telle décision, qu'en 2050 «  le besoin global en courant électrique soit couvert à raison de 75 % par des énergies renouvelables indigènes » ?

Et en matière agricole, comment les Verts ont-ils pu penser que l'Assemblée voterait leur proposition d'article stipulant que « l'Etat s'engage en faveur de la souveraineté alimentaire », cette nouvelle toquade des pays riches qui masque mal des ambitions protectionnistes illégales et qui vise à fermer nos marchés alimentaires aux pays pauvres de la planète, freinant ainsi leur développement ?

Irminger réclame de la dignité en politique. Il doit alors admettre que celle-ci commence dans l'aptitude des acteurs à accepter les échecs avec fair-play.

Ces échecs qui, répétons-le, sont le lot de toutes les formations, ne justifient pas le recours à une argumentation spécieuse destinée à décrédibiliser l'adversaire. Ils doivent au contraire être interprétés comme des signaux et renforcer les constituants qui entendent achever leur mission par un succès, dans leur volonté de trouver les compromis indispensables à ce dernier. Des compromis qui n'émergeront évidemment que des âpres discussions et négociations encore à venir ... en même temps qu'ils généreront encore bien des frustrations chez les uns comme chez les autres.

Sauf bien entendu chez ceux qui, dans les extrêmes de l'éventail politique, ont déjà décidé que pour eux l'intérêt de la future constitution réside dans le refus qu'ils lui opposeront et la posture politique que ce refus leur permettra d'afficher.

Pierre Kunz, constituant

 

 

14:04 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.