13/05/2011

Fédération des Associations : on fait de l'air

L'énergie éolienne fait l'objet de toutes les attentions en ces semaines d'après-Fukushima. C'est probablement à ce prétexte que la Fédération des associations genevoises (FAGE) a actionné son moulin à vent lors de la dernière conférence de presse qu'elle a cru bon de donner au sujet des travaux de la Constituante.

Malheureusement, une fois de plus, ses représentants ont fait une vaste part au babillage et ont éparpillé des propos incohérents. Si la majorité de ces défenseurs du monde associatif peuvent invoquer à leur décharge une incompréhension évidente du fonctionnement de l'Assemblée constituante, on ne saurait excuser les errances de leur président et ténor constituant, Yves Lador.

Prétendre, comme ce dernier, que « la société civile n'est pas écoutée », quelques jours après l'achèvement de la grande consultation populaire relative à l'avant-projet de constitution élaboré par la Constituante, relève au mieux de la maladresse mais plus vraisemblablement de la simple mauvaise foi.

Laisser, comme il l'a fait, une de ses collègues affirmer que « la constitution actuelle est beaucoup plus progressive que la future » c'est laisser s'exprimer une personne qui n'a manifestement pas comparé les deux textes ou qui s'aveugle volontairement. Chacun a désormais pu se convaincre de l'ampleur des avancées sociales réalisées par la Constituante. D'ailleurs même la gauche la plus extrême n'ose plus emboucher cette trompette, préférant regretter à grands cris qu'un renforcement encore plus marqué de l'Etat providence ne trouvera pas de majorité au sein de l'Assemblée constituante.

Pour la FAGE et son président, persister à agiter un chiffon rouge menaçant à propos du nucléaire, des buts sociaux, du droit au logement et du principe de non-discrimination, précisément au moment où les groupes de la Constituante ont entamé des négociations sur ces questions, est non seulement vain mais imbécile. D'autant plus imbécile que l'un de leurs représentants prend part personnellement à ces pourparlers.

Les constats qui précèdent mènent à la double conclusion suivante.

A l'évidence, après pourtant trois années d'activité, Yves Lador et ses amis n'ont toujours pas compris que la Constituante fonctionne selon le mode de la représentation parlementaire.

Certains élus de la FAGE à la Constituante ont consacré dès 2008 beaucoup de temps au bavardage inutile et aux déclarations médiatiques. Il aurait mieux valu que ce temps soit investi dans la rédaction de propositions constructives et réalistes.

Pierre Kunz, constituant

 

15:20 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.