05/01/2011

Energie éolienne, un triomphalisme inapproprié

Depuis deux jours les médias se réjouissent unanimement à propos d'une information provenant de l'Association pour la promotion de l'énergie éolienne en Suisse. Selon cette dernière les éoliennes sont de plus en plus productives dans notre pays et l'on prévoit pour cette nouvelle année une production de 74 millions de KWh. Et un communiqué de l'ATS souligne que ces 74 millions de KWh correspondent aux besoins de 21'000 ménages, soit la population cumulée de Neuchâtel et Delémont.

Excellente nouvelle, imagine le lecteur et l'auditeur préoccupés par les questions énergétiques et heureux de constater que la production d'énergie renouvelable croît. Hélas, il s'agit d'une nouvelle bien incomplète, trompeuse.

Comme trop souvent, la presse écrite et radiophonique se contente de relayer un message de l'ATS. Aucun chroniqueur ne s'est donné la peine de mettre ce nouveau niveau de production en perspectives ni d'en réaliser une analyse critique. Nul ne paraît s'être demandé par exemple ce que représente ce chiffre dans la consommation globale d'énergie électrique helvétique. Ni quel potentiel notre pays peut espérer tirer de l'énergie éolienne eu égard à l'encombrement physique qu'elle impose et aux besoins globaux de la population et de l'économie.

Quelles sont les réalités ?

La consommation d'électricité totale dépasse en Suisse actuellement 62'000 gigawatts-heures (GWh). Sachant qu'un GWH vaut 1 million de KWh chacun peut calculer que la production d'électricité grâce au vent et aux 28 grandes éoliennes en fonction ne représentera en 2011 qu'à peine 0,12 %  des besoins totaux.

On voit mal dans ces conditions comment les cantons de Neuchâtel et de Vaud, aux dires de l'association susmentionnée, peuvent sérieusement affirmer viser une part respective de 20 % et 25 % dans leur approvisionnement d'électricité total.

On notera d'autre part que les centrales hydrauliques produisent environ 37'000 GWh par an et que l'électricité livrée par les centrales nucléaires du pays totalise 26'000 GWh par an. On comprend au vu de ces chiffres que le recours à l'énergie éolienne, pour intelligent et louable qu'il paraisse, ne représentera jamais plus qu'une infime fraction des besoins de la population suisse.

On comprend aussi les réactions négatives de ceux qui, là où sont érigées les éoliennes, souffrent de leurs nuisances sonores. Comme on comprend ceux qui refusent de voir les paysages helvétiques hérissés de moulins à vent au prétexte de fournir une énergie certes propre mais chère et dans des volumes dont on perçoit mal comment ils pourraient devenir significatifs.

Pierre Kunz

 

 

15:32 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.