04/09/2010

Pardo fatigue et commence à lasser

Dans le dernier billet qu'il a fait paraître sur son blog "Substratum" Soli Pardo fait la leçon à ses collègues de la Constituante. Réduisant leur travail à de la copie des textes des autres constitutions cantonales, s'étonnant de leur manque d'originalité et de créativité, il laisse croire - pire encore, peut-être le croit-il lui même sincèrement - que lui et l'UDC apportent les seules notes constructives et originales dans la rédaction des articles de notre future constitution.

Cette prétention et la manière dont Soli Pardo s'exprime conduisent à penser que les turbulences que ce dernier traverse dans son parcours de chef politique laissent des traces. Car, rendons lui justice, le plus prolixe des élus UDC a souvent amusé les constituants par ses traits d'esprit. Mais, à en juger par la lourdeur de ses derniers "exploits", on éprouve l'impression qu'il fatigue.

Par contre, parce que ses saillies sont superficielles et que les propositions qu'elles vantent n'apportent rien à la qualité des débats et à celle de notre future charte fondamentale, il commence réellement à lasser. Et quand il se laisse aller à faire la leçon à l'Assemblée et à critiquer le temps qu'il lui faut pour débattre et voter, comme c'est la cas dans son dernier billet, il devient franchement énervant. D'abord parce cette attitude étale au grand jour sa méconnaissance du travail parlementaire, ensuite parce qu'elle témoigne d'une mauvaise foi difficilement supportable.

On serait prêt à lui pardonner les dérapages liés à son inexpérience politique si le mentor, ou ex-mentor, de l'UDC évitait de basculer continuellement dans l'arrogance et l'outrance.

Par contre on ne peut que condamner sans détour l'hypocrisie d'un homme qui, avec son parti, lors de la campagne de votation relative à l'opportunité d'instituer une Constituante, a clairement marqué son opposition. Pour lui et ses compères la révision complète de notre charte fondamentale apparaissait totalement inutile. Tout allait, selon eux, pour le mieux dans le monde constitutionnel du bout du lac et il n'y avait rien à en changer.

Quand par conséquent Soli Pardo accuse ses collègues constituants de manquer de créativité et d'originalité il se moque non seulement de ces derniers mais de tous les Genevois. Et quand, lorsqu'on le questionne sur le soi-disant intérêt de ses propositions, il répond qu'il s'agit d'un apport bien supérieur à celui d'autres groupes, on hésite entre fou-rire et énervement. On le prie en tous cas de procéder à la récapitulation des amendements UDC déposés, avec ou sans succès, et d'y réfléchir, honnêtement si possible. Il constatera alors que tous se rattachent à la mouvence "humanitaro-conservatrice" de la Constituante, ... l'humanitarisme en moins. Il n'est bien sûr pas utile qu'il se livre à une recherche, dans la liste des idées véhiculées par l'UDC au sein de la Constituante, de la moindre trace de réformisme. Il n'y en a pas. Et cela se comprend chez des élus qui se sont déclarés d'emblée satisfaits par le statu quo.

Pierre Kunz, constituant

14:55 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.