17/04/2010

Constituante; vers le vote obligatoire ?

 

 

La jeunesse genevoise de l’UDC, on le sait, a adressé à la Constituante une pétition demandant aux élus d’inscrire dans la future charte fondamentale que « le droit de vote implique le devoir de voter ».

Nombreux sont les membres de l’Assemblée qui voient dans ce texte une déclaration plus déclamatoire que pratique. Mais d’autres n’y trouvent pas seulement matière à rappeler aux citoyens qu’à leur droit de vote correspond une responsabilité de l’exercer. Ils prétendent sur cette base justifier l’introduction du vote obligatoire, avec sanction de type financier pour les électeurs et les votants qui, pour des motifs non admissibles et spécifiés dans la loi d’application, ne prendraient pas la peine d’assumer leur devoir de citoyen.

Il est vrai que le vote obligatoire existe dans les textes de quelques constitutions cantonales. Mais on sait qu’il s’agit-là d’une législation quelque peu désuète, à laquelle les cantons tendent plutôt à renoncer. De surcroît, là où elle existe encore, les sanctions restent tellement symboliques qu’elles ont généralement cessé d’être appliquées, tant les frais de recouvrement des « amendes » sont disproportionnés.

L’aspect amusant autant que significatif du débat auquel donne lieu cette proposition est l’incohérence de ceux qui préconisent l’introduction de l’obligation de voter et d’élire. Il se trouve en effet qu’il s’agit précisément des milieux qui fondent leur marketing politique sur un argument de caractère populiste bien connu. Ceux qui affirment à longueur de campagnes que, « contrairement à la classe politique manœuvrière et mystificatrice, contrairement aux élus carriéristes et bornés, le peuple lui est de bon sens, il connaît son intérêt bien compris. C’est à lui qu’il faut en appeler, c’est lui qui sait. »

Mais s’il sait, comment peut-on ne pas admettre son droit de ne pas prendre part à la vie politique de sa communauté ? Pourquoi ne pas reconnaître sa liberté de voter ou de ne pas voter, d’élire ou de ne pas élire ? Pourquoi le forcer à remplir un bulletin s’il n’a pas envie de participer à une votation dont il ne voit pas l’intérêt ? Pourquoi l’obliger à choisir entre des candidats à une élection s’ils ne sont pas crédibles à ses yeux ?

Pierre Kunz, constituant

18:05 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.