15/11/2009

Région; vous avez dit développement "équitable" ?

… ou le poids des mots dans une constitution.

Dans le rapport qu’ils soumettent le 17 novembre à l’appréciation de l’Assemblée constituante, les membres de la commission « Organisation territoriale et relations extérieures » proposent la thèse suivante : Genève mène une politique régionale ayant pour objectif un développement durable et « équitable ».

Que faut-il entendre par équitable ? Le Larousse définit ainsi l’équité : disposition à faire à chacun part égale ; justice exercée d’après un sentiment intime de droiture naturelle.

L’équité est donc un principe moral. A-t-elle sa place dans un article constitutionnel consacré à l’aménagement territorial, économique et social d’une région ? Peut-elle être retenue comme critère essentiel du développement régional ? Certainement pas.

Prenons l’exemple de l’emploi.

En la matière l’équité peut être interprétée comme devant conduire à la répartition égalitaire du travail entre les diverses communes composant la région. Or chacun sait, ou devrait savoir, que ce sont les atouts de ces dernières, leurs avantages comparatifs (infrastructures, fiscalité, ressources naturelles, etc.) qui commandent la localisation des emplois.

Ou prenons la question du logement.

Prétendre simultanément astreindre la région aux exigences d’un développement durable, comme le veulent les constituants, et promouvoir une répartition dite « équitable » ou égalitaire de l’habitat au sein de la région constitue une contradiction. Sauf à vivre dans le cadre d’une économie planifiée et sans égard pour l’efficacité de celle-ci, ce sont en effet les impératifs sociaux, urbanistiques, financiers, de mobilité et … écologiques qui déterminent l’emplacement des lieux et des types d’habitations. Pour autant bien sûr que, contrairement à ce qui s’est produit à Genève au cours des trente dernières années, les pouvoirs publics intègrent dans leurs plans de gouvernement et d’aménagement ces évidences et les décisions qui vont avec.

L’Assemblée constituante doit demeurer réaliste et honnête : Genève est et restera le pôle d’attraction de la région franco-valdo-genevoise que les citoyens et les entreprises de ce canton contribuent à bâtir. C’est là que continueront de s’établir prioritairement les entreprises et là que continuera de se créer la grande majorité des emplois. C’est là aussi que doit par conséquent s’agrandir le plus le parc des logements requis pour accompagner le développement économique du canton.

L’avenir de la région ne sera donc pas « équitable » ou égalitaire. Mais il peut et devrait être « harmonieux ». Il faut souhaiter que désormais il le soit davantage.

Pierre Kunz

08:58 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.