04/04/2008

Va-t-on exproprier les propriétaires de villas ?

Dans le domaine de l'habitat l'acharnement affiché à intervalle régulier par le Conseil d'Etat à vouloir bâtir des immeubles de logements dans les zônes occupées par des villas est aussi stupéfiant que ridicule. Comment qualifier autrement une obstination dont chacun devrait avoir compris depuis des décennies qu'elle ne saurait apporter, dans des délais acceptables, une solution concrète à la grave insuffisance de logements dans notre canton ? Pourtant la TdG nous révèle ce jour que l'Etat persiste et qu'il entend s'attaquer "à la forteresse des propriétaires de villas", plus particulièrement dans la commune d'Onex. Quel gaspillage !

Gaspillage d'énergie d'abord, pour l'administration publique autant que pour les propriétaires.

Gaspillage de zones de verdure ensuite, celles entretenues à leurs frais par les propriétaires des villas en question.

Gaspillage d'intelligence ensuite, celui qui consiste, pour des raisons idéologiques absurdes, à préférer la confrontation avec une partie de la population alors qu'il suffirait de collaborer avec les communes du canton et le milieu agricole dans l'objectif de déclasser une partie de la zone agricole. Comment en effet ne pas comprendre que la vraie, la seule solution à la crise du logement genevoise ne peut se situer que dans la mise à disposition des bâtisseurs de nouveaux terrains, en quantité suffisante et constructibles rapidement ?

Gaspillage de démocratie surtout. Car lorsqu'un Etat envisage d'exproprier ses citoyens il ne peut s'agir que d'un profond échec. Celui d'un Etat qui s'est enfermé dans un système législatif paralysant et qui demeure incapable de s'extraire de son corset au moyen des actes législatifs usuels en démocratie.

Pourtant le Conseil d'Etat avait indiqué récemment qu'il entendait rechercher rapidement en zone agricole les terrains dont les genevois ont tant besoin. Osons donc espérer que l'article faisant l'objet de ce papier s'inscrit uniquement dans les effets de manches habituels et les discours politiciens, ceux destinés à calmer les idéologues irrationnels.

 

17:56 Publié dans Politique genevoise | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.